Mlle OWA ( prête-nom)

Mlle OWA, 20 ans, élève de 3è  du Lycée Bilingue de Mora est dans la clandestinité depuis le dimanche 13 Octobre dernier. Elle a failli ce jour-là, passer de la vie à trépas..  Notre rédaction informée de son mécompte et ses craintes, a décidé de la rencontrer.

ENTRETIEN

OBSERVATOIRE DROITS DE L’HOMME : Ici réduite à la clandestinité, vous portez en plus une plaie sur la tête et des cicatrices immatures le long du corps…qu’est-ce qui s’est réellement passé ?

OWA : j’ai échappé à la mort dimanche le 13 octobre dernier, lorsque mon grand frère a décidé de me supprimer la vie.

Votre grand frère comment ? Cousin ou germain ?

Germain, c’est-à-dire  le fils de mes parents.

Comment s’appelle-t-il ? Que fait-il dans la vie et pourquoi vous en veut-il ?

Il s’appelle  HASSANA KABIROU, de la classe de 1è A4 au Lycée Classique de Mora. En fait, il essaye dans son rôle de réaliser  les projets de ma famille qui s’est opposée à ma conversion au Christianisme.

Qu’entendez-vous par « réaliser le projet de la famille » ?

Je suis MADA ( ndlr : Ethnie montagnarde de Arrondissement de Tokombéré), de souche musulmane. Lorsqu’il y a plus de quatre mois, j’ai annoncé à ma famille ma volonté de me convertir au Christianisme, il y a eu de fortes réactions d’opposition. Toute la famille s’en est opposée et de manière brutale. Et face à ma résistance, mon grand frère dans une attitude qui correspond à la position de la famille, a promis publiquement qu’il allait me tuer, convaincu que morte, il purgera une peine de prison et sera forcément relaxé. Et de me rappeler qu’entretemps, je ne serai plus de ce monde.

Connaissez-vous des témoins qui l’ont entendu proférer ces menaces de mort ?

Nombreux !

Avec quoi parvient-il à vous frapper la tête ?

Un gourdin et c’est de justesse, puisqu’il aurait demandé la machette pour me découper.

Avez-vous avant et après ce 13 Octobre fatidique, saisi la justice au sujet des menaces de mort portées contre vous ?

(larmoyante) La Brigade de gendarmerie et le Parquet ont été saisis. Au niveau du Parquet, le Procureur a renvoyé l’affaire à la gendarmerie pour complément d’informations. Ça c’était avant le 13. Justement après cette date, je me suis présentée ce matin au Commissariat de Sécurité Publique de Mora avec une autre plainte, justement parce que la Gendarmerie tarde à réagir.  Mais y étant, le Tribunal s’est opposé en exigeant que je rentre par la Brigade de gendarmerie, puisque c’est là-bas que l’affaire avait commencé. Cela m’a surpris et j’ai donc décidé de parler personnellement au Procureur. A ce niveau, une nouvelle opposition s’est présentée et je n’ai pas pu voir le Procureur.

Lorsque vous parlez du Tribunal, à qui faites-vous allusion ?

(Chaudes larmes, puis s’écroule….du tabouret)

REPRISE 12 MINUTES PLUS TARD

Lorsque vous parlez de l’opposition du  Tribunal, à qui faites-vous allusion ?

Mon pasteur vous donnera les détails. 05ans d’enfer !!! 05ans de misère !!! Ma vie a été exploitée.. Seigneur pourquoi ? Pourquoi ? (Larmes)

REPRISE  07  MINUTES PLUS TARD

Vous voilà réduite à la clandestinité simplement pour avoir dit NON à vos parents. Ne pensez-vous pas qu’il serait mieux de céder aux parents et attendre votre âge d’indépendance pour décider librement de devenir Chrétienne ?

(Silence méditatif) L’appel de Dieu n’a  pas d’âge. Choisir une autre manière que mes parents d’adorer Dieu n’est pas pécher contre ses parents puisque nous servons le même Dieu et le Prophète Mahomet a reconnu la grandeur de Jésus-Christ. Pourquoi cela dérange ? Et lorsque mon propre grand frère menace de me tuer parce que la famille ne supporte pas la différence, pensez-vous que par ce geste, l’Islam est  honoré ?  En plus, si le gouvernement Camerounais n’a pas interdit cette Eglise dans laquelle je me suis engagée, c’est dire qu’elle n’est pas mauvaise et  je comprends que je ne suis pas sur la mauvaise voie. Je maintiens mon engagement.

De quelle obédience chrétienne s’agit-il ?

Pardon ?

De quelle Eglise s’agit-il ?

Le nom d’une Eglise importe peu. Ce qui compte est la manière d’appliquer la parole de Dieu et de respecter les Enseignements de Jésus-Christ dans sa vie…Une dame respectée par sa fonction  m’a même fait comprendre que l’Eglise Catholique est mieux. A défaut que je reste musulmane.  Cela m’a surpris de voir une Chrétienne combattre une Eglise Chrétienne. Puisque le nom vous intéresse, alors retenez-le et s’il vous plaît papa, allez vérifier si le  PLEIN EVANGILE est un danger pour la paix et la sécurité au Cameroun.

Qu’est-ce qui vous fait fuir l’Islam, la religion de vos parents ?

Je ne voudrais pas porter un jugement contre l’Islam. Ce serait impoli. Simplement retenez que je suis plus à l’aise avec le Christianisme. C’est tout. Et d’ailleurs, je ne suis pas obligée d’aimer ce que mes parents aiment. J’ai un cœur, j’ai un choix, la loi dit qu’à certain âge on peut voter. C’est l’expression de ce choix.

Il n’est pas exclu que notre dénonciation provoque l’arrestation de votre  frère et des ennuis judiciaires contre vos parents. Alors quel est le message que vous lancez à la Justice de Mora ?

Mon expérience me fait douter de cette justice à Mora. J’ai peur d’elle. Elle me fait beaucoup peur.

Pourquoi ?

Le dimanche 06 Octobre dernier, les gendarmes sont entrés à l’Eglise, en plein culte. Ils m’ont arrêtée et ont tenté d’arrêter le pasteur. Il a refusé de se rendre en promettant  de les retrouver après le Culte.

Les gendarmes de quelle unité ?

Brigade de Mora

Où t’ont-ils conduite et pourquoi ?

En cellule. Ils disaient agir sur ordre du Procureur.

Et après ?

Dès que le Pasteur est arrivé, ils ont voulu le mettre en cellule et leur Chef  s’est opposé en exigeant le papier signé par le Procureur. Et  il n’y en avait pas.

Est-ce donc dire que ce n’est pas le Procureur qui avait donné l’ordre de vous interpeller ?

Non, l’ordre est venu du Tribunal, mais pas du Procureur. Le Procureur apparemment n’était pas au courant. Et mon Pasteur vous donnera tous les détails. C’est une longue histoire qui n’a pas commencé aujourd’hui.  J’ai peur d’en parler publiquement.

Peur du Tribunal, peur de votre famille, peur des gendarmes, Comment faire ?

Je prie le Préfet de veiller sur  ma sécurité vis-à-vis de mes persécuteurs. Je n’ai commis aucun crime, aucune faute.. Je prépare un examen et ai besoin du calme. Qu’on m’aide à rattraper toutes ces semaines de cours perdus…

http://psydh.com

Publicités