Joseph NKANO
Père et beau-père du couple victime de tortures au sein de la Brigade de Recherches de Bonaberi- Ndobo

Pour une affaire purement commerciale, un couple placé en garde-à-vue depuis le 29 Mai 2019, meurt à petits feux comme une offrande en  holocauste…M. Joseph NKANO père du sacrifié nous parle du chemin de croix de son fils Firmin ABOUDE et son épouse Angèle EMBOLLO.

ENTRETIEN

Que peut-on retenir en quelques mots de ce qui arrive à votre fils et son épouse ?

FIRMIN mon fils et ANGELE son épouse, sont partenaires des Ets EMAF spécialisés dans le COMMERCE GENERAL et la PRESTATION de SERVICES. Tout se passe bien jusqu’au jour, suite à un CONTRAT DE LOCATION de véhicule exécuté avec des défaillances, ils sont arrêtés le 29 Mai dernier et jetés dans les cellules de la Brigade de Recherches de Bonabéri-Ndobo.

Vous parlez de « défaillances » dans l’exécution d’un CONTRAT DE LOCATION et semblez avoir de la peine à comprendre la garde-à-vue des vôtres dont la responsabilité serait établie ?

C’ ’est une affaire Commerciale, sans l’ombre de la moindre filouterie. Un chef d’Entreprise qui rompt brutalement le Contrat avec un de ses employés ne devrait pas se retrouver dans les cellules de la Police Judiciaire, encore moins un homme d’affaires en faillite n’ira pas en prison pour cela, la loi a tout prévu. Parallèlement, mon fils et son épouse nonobstant ce que j’appellerai « défaillances », ont dit leur disponibilité à réparer le préjudice. C’est ainsi que répondant au rendez-vous qui devrait servir de cadre de discussion autour de la réparation de ce que j’appelle « préjudice »  opposant la BUSINESS PRESTIGE  SARL dirigée par M. Euloge DONFACK et eux, ils tombent dans le guet-apens de leur interlocuteur et sont conduits dans les antres des cellules.

Firmin ABOUDE

Pensez-vous que ce n’est que cela qui justifie cette longue garde-à-vue approuvée à ce qui paraît par le Procureur de la République ?

Je dois vous dire qu’en arrière-plan de cette affaire, se dessine un complot mal ficelé. Déjà au regard de gesticulations du Chef d’Unité et de ses hommes, je doute que le Procureur soit au courant de cette sordide affaire.

Comment pouvez-vous le démontrer ?

                       La torture psychologique et  la maltraitance sont au menu :

  • Le  29 Mai : les gendarmes interdisent à ce couple de manger et de boire.
  • Le 30 Mai : Après protestations, ils déjeunent autour de 11h30. Entre-temps, Angèle qui porte une grossesse de 04 mois dit à ses désormais geôliers qu’elle ne se porte pas bien et souhaiterai un traitement moins rigoureux. Les gendarmes ne veulent rien entendre autre que l’exécution de leurs conditions qui se résument en deux points : Versement de la somme d’un million cinq cent mille et la mise en gage de leur véhicule. Puis commencent les premières hémorragies vaginales.
  • Le 31 Mai : De 19h30 à 21h, Angèle ne faisait que vomir  au moment où ses saignements semblaient s’accentuer. Cette fois-ci, je suis présent et rencontre personnellement le Chef de l’Unité à qui je fais savoir l’état de santé préoccupant mais aussi dégradant de ma bru. Dans un air de suffisance propre à tout chef de troupe, il me dit de lui remettre la somme d’un million de francs afin d’obtenir la libération des miens. Mon refus est sans appel.

Vous avez semblé dire en Off que proposition a été faite à Angèle de rentrer pour ne revenir que Lundi négocier la libération de son époux ?

En français facile c’est cela. Mais dans la réalité, la libération d’Angèle supposait qu’elle aille chercher de l’argent durant ce week-end afin de libérer son époux en début de semaine. Ce qu’elle a trouvé  impossible puisque leurs Etablissements sont fermés depuis leur arrestation, les week-ends ne sont pas indiqués pour procéder aux transactions souhaitées par les gendarmes, mais en plus, une telle libération qui maintient son mari en captivité a l’air d’être un piège à plusieurs inconnus. Nous avons donc refusé l’offre en attendant rencontrer le Procureur Lundi.

Et pourtant elle est souffrante ?

Bien sûr que oui….Mais vous convenez avec moi que sa libération provisoire n’a aucune motivation humanitaire, ce n’est pas pour des raisons de santé qu’elle est autorisée à quitter cet enfer-là. Les motivations capitalistes de ses geôliers restent sous-jacentes. Si ces hommes étaient sérieux, pourquoi ne l’avoir pas libérée depuis le 30 Mai, lorsqu’elle  se déclare porteuse d’une grossesse et souffrante  des saignements douloureux ?

Angèle ABOUDE née EMBOLO MBALLA

Nous sommes Dimanche 02 Juin, cela fait cinq jours de captivité, comment se portent leurs enfants ?

Psychologiquement abattus, abandonnés à eux-mêmes depuis le jour où leurs parents sont arrêtés. Il a fallu 48h pour que la famille les mette dans des conditions de sécurité. Cela est d’autant plus gênant que le plus jeune refuse de manger depuis 04 jours  tant qu’il n’aura pas revu sa maman…

http://psydh.com

Publicités