Mme  M.

Je prends la mesure de votre préoccupation. Voici 25 ans que votre époux a disparu, laissant  à votre charge plusieurs enfants. Je comprends les raisons pour lesquelles vous avez décidé, face à l’adversité, de vous engager dans la foi. Vous êtes devenue avec vos enfants, des chrétiens « nés de nouveau ». Je constate qu’en plein chemin, un quart de siècle plus tard, vous ayez de la peine à comprendre les raisons pour lesquelles certains de vos enfants bardés de diplômes traînent et continuent de dépendre de vos économies au moment où d’autres, disposés à procréer, éprouvent toutes les peines à se marier et à faire des enfants.

La suite derrière le lien ci-dessous:

https://lavoiectheway.wordpress.com/2019/02/07/70-ans-nee-de-nouveau-des-enfants-biens-instruits-mais-dependants-et-qui-procreent-difficilement/

 

http://psydh.com

Publicités