img_20130115_191330 + Mme  DOUGVIA

Madame DOUGVIA (voir photo), 70 ans sonnés, s’est faite battre et traîner publiquement au sol le mercredi 12 décembre dernier, autour de 16h par M. OUMATE, le Roi de KOURGUI.

« J’étais au champ d’oignon du Chef, ramasser les déchets des oignons comme d’autres l’ont fait avant moi (…) Dès qu’il  y est arrivé, il m’a d’abord frappé à la joue, avant de me traîner au sol (…) » raconte larmoyante, cette dame qui, biologiquement a rang de grand-mère du Chef  OUMATE, âgée de moins de 30 ans. Voilà une escalade de trop qui défraie la chronique et laisse stupéfait. Comment l’appareil judiciaire peut-il continuer à cajoler un potentiel criminel de cet acabit qui piétine de manière récurrente, les sacro-saintes valeurs de la vie ? Quelques-unes de ses frasques :

  • Déc. 2016 : Toutes contradictions valent la colère du monarque. Après avoir frauduleusement inscrit les siens sur des listes des déplacés, autorisés à recevoir des dons des ONG Internationales, il reçoit la farouche opposition de M. YERIMA BOUKAR, un Déplacé qui remet en question cette liste truquée. Quelques jours plus tard, Le chef déjà pas très gai le brutalise (YERIMA BOUKAR) en public avant d’ordonner sa garde-à-vue au Poste de Police de kourgui. Détention qui sera vite annulée avec l’intervention du sous-Préfet.
  • Le 27-11-2016, Le Chef de Kourgui place Mme ZENAPA en garde-à-vue dans ses cellules au sein de la Chefferie de  Elle est libérée contre dix mille francs, versés par son époux
  • 08 Mars 2016 : Dans ses folies, il accuse trois Déplacés de trouble à l’Ordre Public et fait appel à un GRAND de Maroua. Celui-ci, sans manière et élégance fait arrêter les trois, qui seront libérés grâce à notre farouche dénonciation.
  • Il y a plusieurs mois qu’il a arraché des terrains pour les revendre, nonobstant les cris des propriétaires malades et agonisants. Cas de Papa TCHAME, derrière l’Ecole Publique de Kourgui…
  • ALLÉGATIONS D’ESCROQUERIE: Le gouverneur en poste de la Région de l’Extrême-Nord rend visite aux Agents de Comité de vigilance (COVI) des trois arrondissements que compte le Département. A cette occasion, il aurait remis un paquet à distribuer à chacun des COVI. Le Chef de KOURGUI se serait emparé dudit colis avant de procéder seul au partage. A l’arrivée, quelques-uns ont perçu 1400F, sans autres explications. Ce qui aurait causé le courroux des COVIS.

M-K

 

http://psydh.com

 

Publicités