Tables des 10 Commandements

MALÉDICTION DANS UNE CÉLÈBRE FAMILLE DE LA TERRE: Les KENNEDY

Celui qui ne connait pas l’histoire sa famille ne se connait qu’à moitié. Il ne peut ainsi jamais comprendre la cause ou les origines de certains maux qui ne cessent de tourmenter ses proches, frères, sœurs, cousins, ou oncles et tantes

Dans cet enseignement, nous allons évoquer le triste cas de la plus célèbre famille américaine, les Kennedy. Non pas qu’il faille la diaboliser ou la considérer de manière méprisable, mais la loi des séries est telle dans leur histoire que les chrétiens peuvent s’en inspirer pour analyser leurs familles respectives, afin de déceler ou non les probables lois contre lesquelles il faut spirituellement lutter. En effet, pourquoi ne pas s’en remettre à Dieu, puisque, dans le cas des Kennedy, les choses n’ont pas tendance à s’améliorer ?

Une liste, encore ici non exhaustive, de la série de leurs malheurs peut nous édifier spirituellement sur le sujet que nous traitons :

1941 : Joseph P. Kennedy, frère du futur président des Etats-Unis J.F.Kennedy, meurt à 29 ans dans l’explosion de son avion.

1948 : Kathleen Kennedy, sœur de JFK, meurt dans le crash d’un avion en compagnie de son amant.

1955 : Ethel Kennedy meurt dans le crash d’un petit avion.

1963 : J.F.Kennedy, président des USA, est violemment assassiné en public ( il meurt devant ses fans )

1964 : encore un accident d’avion, mais là Edward Kennedy s’en sort miraculeusement !

1967 : le frère d’Ethel Kennedy périt dans…un accident d’avion. Il n’a pas eu la chance d’Edward.

1968 : Robert Kennedy, frère du défunt président, est à son tour assassiné en public ( il meurt devant ses fans )

1969 : Ted Kennedy fait un accident de voiture. Il était au volant. Sa femme, donc une Kennedy par l’alliance du mariage, décède. Paniqué, il prend la fuite.

1973 : Le fils de Robert fait un accident. Il conduisait. Sa copine est grièvement blessée, et lui s’en sort. Mais il y a tout de même à nouveau accident. Le fait qu’ils n’étaient pas encore mariés a-t-il au moins sauvé la vie de cette jeune femme ? Car elle ne portait pas encore le nom de Kennedy. Mais elle sera tout de même paralysée à vie.

1997: Michaël Kennedy, fils de Robert Kennedy, meurt décapité par un câble dans un accident de sky.

1999 : John John, le célèbre fils de J.F.Kennedy, est victime d’un accident d’avion. Il décède en compagnie de sa femme, ainsi que de sa belle-sœur.

2012 : la deuxième épouse de Robert Kennedy se suicide.

Mise à part la malédiction de la mort violente, une autre malédiction ou loi des séries sévit au sein de clan Kennedy : l’alcoolisme. Plusieurs membres, depuis le dix  neuvième siècle, ont en été victimes, et certains en sont morts.

Qu’arrive-t-il souvent au sein de votre famille ? Que donne une radioscopie des cinquante dernières années ? Jésus vous demande de vous réveiller d’entre les morts ; brisez la série, sauvez votre descendance

CAS DES FAMILLES BIBLIQUES SOUS LA MALÉDICTION

1– Canaan et ses descendants :

Noé commença à cultiver la terre, et planta de la vigne. Il but du vin, s’enivra, et se découvrit au milieu de sa tente. Cham, père de Canaan, vit la nudité de son père, et il le rapporta dehors à ses deux frères. Alors Sem et Japhet prirent le manteau, le mirent sur leurs épaules, marchèrent à reculons, et couvrirent la nudité de leur père; comme leur visage était détourné, ils ne virent point la nudité de leur père. Lorsque Noé se réveilla de son vin, il apprit ce que lui avait fait son fils cadet. Et il dit: Maudit soit Canaan! Qu’il soit l’esclave des esclaves de ses frères! Genèse 9 : 21-24.

La nudité et l’impudicité furent les sources de cette malédiction, aidée par la consommation d’alcool. Bref, ce fut la débauche qui conduisit une partie de la famille élue, ayant survécu au déluge, vers la voie de la malédiction. En effet, la Bible, au sujet de la dispersion des descendants de Canaan, nous révèle ceci : Les limites des cananéens allèrent depuis Sidon, du côté de Guérar, jusqu’à Gaza, et du côté de Sodome, de Gomorrhe, d’Adma et de Tséboïm, jusqu’à Lécha. Genèse 10 : 19.

Sidon, n’est-ce pas le pays des sidoniens, idolâtres invétérés, et patrie de la tristement célèbre Jézabel ? Guérar, c’est la capital d’Abimelek ennemi du peuple de Dieu ; Gaza appartient aujourd’hui aux musulmans. Et qui ne connait pas Sodome et Gomorrhe? La malédiction de Canaan liée à la nudité s’est posée  dans tous ces endroits !

Certains commentateurs de la Bible pensent que Canaan, pour mériter cette malédiction, avait commis un acte plus grave que regarder son grand-père nu. Car Cham son père qui avait aussi vu cette nudité, n’avait pas été maudit. Ainsi, pour eux, Canaan, contrairement à son père, avait été plus loin que regarder. Il avait touché, voire plus !

La Bible ne nous révèle pas clairement les abominations de Sodome, mais la réaction de l’Éternel, détruire par le feu ( purification) enfants, femmes et vieux, prouve qu’il s’y déroulait des actes réprimées par la parole de Dieu, à savoir échangismes, homosexualité, orgies, incestes, viols d’enfants, zoophilie, mariages forcés, etc…

Noé avait maudit son petit-fils, et la malédiction s’est répandue sur plusieurs générations.

2- La famille d’Abraham :

Quand on regarde la vie au sein de la famille du patriarche, on constate une série de deux anomalies distinctes qui suivent les générations, malgré la grâce de Dieu : il y règne premièrement une loi de stérilité dans les couples, et deuxièmement un esprit incestueux.

– L’esprit de stérilité se constate déjà avec Abraham et sa femme Sarah, qui ne finissent par concevoir un enfant ensemble qu’au soir de leur vie. Son fils Isaac et sa femme Rébecca ont également eu, comme qui dirait un problème au démarrage, à tel point que Rébecca, désespérée, dit un jour à son mari : Donne-moi un enfant ou je meurs. Enfin, Jacob, l’un des fils d’Isaac n’a pas été non plus à la fête avec Rachel son épouse préférée. En effet, afin d’avoir la joie de porter un bébé dans ses bras, elle a dû au départ, comme Sarah, mettre sa servante dans le lit de son mari. Ce n’est que bien plus tard que l’Éternel se souvint d’elle, et lui permit de concevoir.

– L’esprit d’inceste est également présent avec Abraham marié à sa demi-sœur Sarah. Même si la loi de Moïse n’était pas encore promulguée, il est certain que l’Éternel qui y a introduit l’interdiction formelle de coucher avec sa sœur, ne devait pas être totalement favorable à cette union. L’un des arrières petits-fils d’Abraham, Rubben, a couché avec l’une des femmes de son père Jacob. Lot, son célèbre neveu, a fini par coucher avec ses propres filles désireuses d’avoir des enfants, au sortir de Sodome et Gomorrhe. Il n’y avait pas d’homme à leurs côtés sur la vallée de Tsoar où ils s’étaient réfugiés; alors elles ont enivrés leur père, et sont allées avec lui.

L’origine ou la source des maux n’est pas révélée dans la Bible. Nous pouvons cependant considérer que pour ce qui est des filles de lot, il y a eu des connexions entre les malédictions des familles. En effet, puisque rien ne prouve que Lot était déjà marié en quittant Abraham, on peut fortement penser qu’il a connu sa femme à Sodome. Or cette ville était habitée par des descendants de Canaan, maudit par Noé son grand-père parce qu’il avait découvert sa nudité. Et c’était déjà une histoire de consommation de vin et de sexe ! Ainsi la rencontre entre Lot, qui avait déjà dans sa famille un problème d’inceste, et une femme de Canaan, le feu de l’inceste ne pouvait que brûler au temps favorable.

Ne laissons jamais, en tant que personnes connectées aux vérités spirituelles, une loi de série s’affirmer au sein de nos familles, surtout au niveau de la descendance dont nous sommes responsables. Quand nous nous rendons compte que des choses et des situations malencontreuses se sont répétées au niveau des générations précédentes et qu’elles sont arrivées à notre niveau, nous devons nous tenir à la brèche pour éviter que cela se reproduise au niveau de nos enfants et de nos petits-enfants.

3- La famille du roi David :

– Première série de malédiction : un violent esprit de sexualité y règne. Quelle est son origine ? 2 Samuel 11: 2-16 : Or un après-midi, après s’être reposé, David se leva et alla se promener sur le toit en terrasse du palais. De là, il aperçut une femme qui se baignait. Elle était très belle. Il fit prendre des renseignements sur elle ; on lui dit : « C’est Batchéba, la fille d’Éliam et la femme d’Urie le Hittite. » David envoya des messagers l’inviter. Elle vint chez lui, il coucha avec elle, puis elle retourna chez elle. Or elle venait de se purifier, à la suite de ses règles . Batchéba devint enceinte. Elle en avertit David : « J’attends un enfant », lui fit-elle dire. Aussitôt, David adressa l’ordre suivant au général Joab : « Envoie-moi Urie le Hittite. » Joab l’envoya. Urie vint se présenter devant le roi, qui lui demanda des nouvelles de Joab et de l’armée, ainsi que du déroulement de la guerre. Puis il lui dit : « Va chez toi et prends un peu de repos. » Urie quitta le palais et le roi lui fit envoyer un cadeau. Mais Urie ne se rendit pas chez lui ; il alla dormir en compagnie des soldats de la garde royale, près de l’entrée du palais. Lorsque David en fut informé, il interrogea Urie : « Voyons, tu viens d’arriver après un long trajet. Pourquoi ne vas-tu pas chez toi ? » « Majesté, répondit Urie, le coffre sacré du Seigneur ainsi que l’armée d’Israël et de Juda n’ont pour abris que des tentes ; le général Joab et tes officiers campent en rase campagne. Et pendant ce temps, moi, j’irais à la maison pour manger, boire et dormir avec ma femme ? Jamais de la vie je ne ferai une chose pareille, je te le jure ! » « Bon, répondit le roi, reste encore ici aujourd’hui. Je te laisserai repartir demain. » Urie resta donc à Jérusalem jusqu’au lendemain. David l’invita à manger et à boire à sa table, et il l’enivra. Mais le soir, Urie alla quand même dormir avec les soldats de la garde royale, plutôt que de rentrer chez lui. Le lendemain matin, David écrivit une lettre à Joab et la confia à Urie. Il y disait : « Placez Urie en première ligne, là où le combat est le plus violent, puis retirez-vous en le laissant seul, afin qu’il soit atteint par l’ennemi et qu’il meure. » Joab, qui surveillait la ville assiégée, plaça donc Urie à l’endroit qu’il savait gardé par de valeureux soldats ennemis. Et le général fut tué.

Quelles conséquences dans la famille ? Absalom fils de David couche avec les femmes de David son père et les humilie. Ce que le père avait fait à Uri, eh bien son propre fils le lui rend. Quand à Amnon, autre fils du roi, il monte tout un plan pour violer Tammar sa demi-sœur. Salomon, lui, a fait tuer son propre frère, le beau Adonija, à cause d’Abishag, une belle jeune femme qui était déjà dans le palais de David au temps de sa vieillesse, mais que celui-ci n’avait point connu intimement. Enfin Salomon dans sa vieillesse laisse ses concubines étrangères faire entrer l’idolâtrie en Israël ; ce qui va conduire à la division du royaume en deux : Juda et Israël.

Bien-aimés dans le Seigneur, je le dis par révélation : Bathséba était au départ animé par un esprit de sirène des eaux. Satan l’avait placée en embuscade pour détruire la vie spirituelle du grand roi. Mais Dieu lui est venu en aide, en détruisant l’enfant de leur péché, car il était impur, voué à la malédiction ; ce qui valait délivrance pour Batchéba.

-Deuxième série de malédiction : elle est entrée par une parole de condamnation lancée par David lui-même; car quand le prophète Nathan, envoyé par l’Éternel, est venu lui expliquer par parabole le péché qu’il avait commis, celui-ci, qui ne comprit pas au départ qu’il s’agissait de lui, déclara contre le coupable une vérité terrible : La colère de David s’enflamma violemment contre cet homme, et il dit à Nathan : L’Eternel est vivant ! L’homme qui a fait cela mérite la mort. Et il rendra quatre brebis, pour avoir commis cette action, et pour avoir été sans pitié. 2 Samuel 12 : 5-6.

Conséquences : ces quatre brebis dont il avait parlé, et qui devaient être le prix que devait payer le fautif furent ses quatre enfants à lui : le premier, l’enfant adultérin conçu avec Batchéba ; le second, Amnon, tué par son frère Absalon en réaction tardive ( après deux ans) du viol commis sur Tammar; Absalon lui-même, tué alors qu’il voulait prendre la place de son père David par coup d’Etat ; enfin le beau Adonija assassiné par Salomon son frère devenu roi, parce qu’il avait osé demandé qu’on lui donne Abishag pour femme. Il faut noter qu’Adonija est mort après son père David. Ainsi, la mort de l’auteur de la malédiction dans la famille n’arrête pas pour autant le châtiment, ou les effets négatifs del’alliance avec mort que David avait passé en prononçant ces paroles !

Proverbe 18: 21 nous dit que la vie et la mort sont au pouvoir de la langue. Évitons donc de prononcer des paroles négatives contre quiconque. Elles risquent fort bien de produire ce à quoi nous ne nous attendons pas. L’adage qui dit que « les paroles s’envolent, mais les écrits restent », se limitent à une vérité superficielle. Spirituellement, c’est tout le contraire. Si vous insultez une personne, il y a de fortes chances qu’elle s’en souvienne tout sa vie. Et que direz-vous donc, que vos paroles s’étaient envolées ? Non.

Ces personnages bibliques ne sont-ils pas grands devant Dieu ? Par Abraham, dit l’Éternel, toutes les nations seront bénies sur la terre. David, aux dires de l’Éternel, est l’homme selon son cœur. Pourquoi donc ne les a-t-il pas protégés de ces malédictions ?

Comment donc peut-on devenir la porte d’entrée d’une malédiction au sein de la famille ?

DES CAUSES DE LA MALÉDICTION DANS UNE FAMILLE

Les raisons sont multiples. Nous en citons quelques uns, parmi les plus courants ; cette liste ne peut en conséquent pas être considérée comme exhaustive :

Les liens du mariage,

– Avoir dans ses mains le sang d’un innocent,

– Rencontre malheureuse de l’ancêtre avec un sorcier,

– Consultation d’un marabout, féticheur ou autre personnage pratiquant les arts divinatoires,

– Fait de placer dans sa maison des amulettes, des fétiches ou objets de magie ; les accrocher au mur ou les cacher sous le lit.

– Acceptation de la domination, ou prosternation devant un sorcier en le considérant comme son maître spirituel,

– Impudicité sexuelle ayant entraîné un grand scandale dans une cité ou au sein d’une famille (viol, inceste, pédophilie…)

– Des paroles de malédiction prononcées contre un parent par une personne maléfique,

– Signature d’un pacte avec un esprit tel que la sirène des eaux, ou les différents dragons des forêts, des eaux, des montagnes…

– Mettre en pratique les paroles d’un faux prophète,

– Partager le fruit d’un crime avec le coupable,

– Naître d’une personne ayant déjà en elle un esprit impur.

Quelle que soit la raison pour laquelle le père ou la mère a consulté un jour un marabout ou un médium, quelle que soit la raison pour laquelle un poulet a été égorgé et le sang versé au sol pour nourrir les ancêtres décédés, le motif pour lequel des objets ont été jetés dans un fleuve ou un lac, que l’eau du fleuve ou la mer a été utilisée ; quelle que soit la noble et valable raison pour laquelle un talisman a été un jour ramené à la maison, ou un pentacle gravé quelque part, cela équivaut à une alliance avec les esprits gouvernés par Satan.

Jérémie 32 : 18 : Tu feras grâce jusqu’à la millième génération; ce qui est dû pour faute des pères, tu le rends à leurs enfants après eux…

Dans Exode 20 : 5, l’Eternel dit qu’il puni l’iniquité des pères jusqu’à la troisième et quatrième génération.

Si vous n’êtes pas du tout croyants, et que vous ne pensez pas que ces paroles sont Vérité, vous pouvez cesser de lire ce message. Mais si vous avez la foi dans les paroles de YHWV, l’Eternel, alors prêtez-y une attention particulière. Car la malédiction ne fait rire que les incrédules, accrochés au monde physique qui les rassure parce qu’ils le perçoivent, et ignorant tout ce qui se trame dans l’invisible.

LA RÈGLE DE LA GÉNÉRALISATION A TOUS DE LA FAUTE D’UN SEUL

Galates 6: 7 : Ne vous y trompez pas: on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera.

Parce que l’Éternel notre Dieu sème sa parole dans nos cœurs, afin que nous puissions porter des fruits de la vie, Satan, le serpent ancien, en fait de même dans le but de nous faire porter les fruits de la mort. C’est sa semence à lui qui est la source des malédictions au sein des familles de la terre.

Si Jésus-Christ a déclaré qu’on reconnaîtra l’arbre à ses fruits, c’est bien parce qu’il y a deux types de fruits : ceux qui donnent la vie, et ceux qui procurent la mort.

L’apôtre Pierre nous révèle que le lion rugissant rode autour, cherchant qui dévorer. S’il ne saute pas directement pour nous détruire, mais rode autour, c’est qu’il ne lui est pas toujours possible de le faire. Comment parvient-il alors à semer la semence de la mort au point d’affecter toute une famille ? Est-il possible que dans une même famille tous soient perméables, pécheurs invétérés au point de justifier une attaque généralisée ?

– En vérité, la malédiction au sein d’une même famille entre un jour par une seule personne, puis s’étend par le lien du sang au reste des membres de la fratrie. Cette vérité spirituelle de la généralisation de la faute d’un seul à tous est expliquée par l’apôtre Paul : C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché, car jusqu’à la loi le péché était dans le monde. Or, le péché n’est pas imputé, quand il n’y a point de loi. Cependant la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam, lequel est la figure de celui qui devait venir. Romain 5 : 12-14.

Reprenons cette parole complexe : Or le péché n’est pas imputé tant qu’il n’y a pas de loi. Cependant la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même pour les descendants qui n’avaient pas commis le même péché qu’Adam. Que cela veut-il dire pour ce qui est de notre sujet ?

Paul nous explique ici que normalement, tant qu’il n’y a pas de loi qui qualifie un péché, ou dans les lois d’un pays un texte qui dit que ceci est une infraction ou un crime, eh bien il n’y a pas de péché, il n’y a pas d’infraction ou de crime ! Exemple : Jusqu’à très récemment en France, on pouvait maltraiter un animal sans craindre quoi que ce soit de la part des autorités, pourquoi ? Parce qu’aucune loi ne disait que c’était un délit ou un crime. Donc, tant qu’il n’ y a pas de loi, il n’y a pas de péché ! Cependant, souligne le texte biblique, malgré le fait qu’il n’y avait pas de loi pour dire clairement que tous les hommes étaient condamnables du péché d’Adam, il en était quand même ainsi.

Comment donc est-ce possible que sans loi, Dieu puisse néanmoins condamner le reste de l’humanité ?

La réponse est simple : même si elle n’était pas écrite et révélée à tous, une loi s’est écrite dans les cieux contre les descendants d’Adam et Ève, à cause du péché originel. C’est une loi génétique spirituelle qui peut s’écrire comme suit :

 »Tout être dans l’univers qui ressemble à Adam est fautif du péché d’Adam et en porte les stigmates  ».

L’humanité est une famille, et il y a des malédictions originelles qui sont inscrites contre elle par la faute d’un seul homme. Christ nous a délivrés du péché d’Adam qui nous a privé du jardin d’Eden (symbole du paradis). Mais un jour, ton grand-père, ta grand-mère, ton père ou ta mère, a commis ce qui est horrible aux yeux de l’Éternel. Alors, en tant qu’ancien, ce seul homme a appelé le malheur au sein de votre famille, et celui-ci s’applique même sur ceux qui n’ont pas commis, comme le dit ce passage, la même faute que cet ancien.

-EFFETS IMMÉDIATS DANS LA FAMILLE

1- Première conséquence : l’Éternel éloigne le coupable loin de sa face. En effet, Adam a été chassé du jardin de Dieu, où il avait la possibilité de parler avec lui et de voir ou d’entendre sa gloire. Mais ce bannissement touche également de ses descendants, Caïn et Abel qui n’étaient pourtant pas nés ! Car la souillure est génétique, et traverse les générations par le lien du sang.

Exemples : les malédictions prononcées après le péché d’Adam contre la terre ( pour l’agriculture et l’élevage) et contre la femme ( pour ses accouchements ou pour la domination de l’homme sur la femme ) ont traversé toutes les générations de l’humanité, et demeurent encore aujourd’hui. Pourtant, nous n’en sommes pas directement coupables, mais les subissons encore !

2- Deuxième conséquence : la loi de la semence et de la récolte s’applique en faveur de Satan et des esprits (anges déchus). Très rapidement, le cœur de l’Homme est infesté de sentiments mauvais, dont la source est la semence du serpent. Caïn devient le premier assassin de l’histoire biblique. Comment expliquer cette loi spirituelle

Marc 11 versets 13-14, et 20-21 : Ces passages nous parlent de Jésus qui, n’ayant pas trouvé un jour du fruit sur un figuier (qui portait pourtant des feuilles) le maudit. Et le lendemain le figuier sécha. Cette histoire est conforme à une autre parole du Christ : Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. Matthieu 7 : 19.

Le désir de tout semeur c’est donc de récolter du fruit. Ici le figuier symbolise le croyant en qui Dieu a planté une semence dont il ne tire finalement pas profit. Un travail et une attente pour rien ! Jésus-Christ le maudit. Or le diable est un imitateur ! Lui aussi est un semeur. Et une fois qu’il l’a fait, au temps qui lui est favorable, il cherche à tirer profit de ce qu’il planté au jour de l’alliance.

La semence du diable est entrée dans la famille le jour où le père ou la mère a été consulté l’esprit des eaux, ou accepté que d’autres le fassent pour lui ou pour elle. La semence est entrée le jour où l’ancien de la famille a signé un pacte avec un esprit des ténèbres, a rencontré un sorcier qui lui a transmis sa science occulte, a fait rentrer un fétiche dans la maison, etc…Ce jour-là Satan a planté. Puis est venu un autre jour, celui de la récolte du fruit. Si ce qui lui avait été promis est au rendez-vous, il est content. Mais si cela ne se passe pas comme il l’avait espéré, eh bien il agit comme Jésus-Christ face au figuier et à tout arbre qui ne produit pas du fruit : il le maudit et cherche à le couper. Alors la personne souffre.

Un verset biblique présent dans plusieurs messages de notre blog, rappelle clairement ce profit que le diable tire sur la descendance du coupable : Votre pacte avec le séjour des morts ne subsistera pas ; quand le fléau débordant passera, vous serez par lui foulez aux pieds. Chaque fois qu’il passera, il vous saisira ; car il passera tous les matins, et le jour et la nuit, et son bruit seul donnera l’épouvante. Le lit sera trop court pour s’y étendre, et la couverture trop étroite pour s’envelopper. Esaïe 28:15.

Il passera le jour et la nuit, de génération en génération ! Il passera visiter la maison du coupable pour infliger le châtiment à sa descendance, à chaque naissance, de nuit comme de jour, jusqu’à ce que son droit s’épuise, au bout de la troisième ou quatrième génération, si personne n’a renouvelé cette alliance ; ou alors la nuit , le jour, au-delà de la quatrième génération, si quelqu’un a renouvelé la faute. Voilà pourquoi, même un chrétien souffre des attaques de démons.

3-A quel moment la semence du diable est-elle ou n’est-elle pas au rendez-vous ?

Exemple : une personne qui désire devenir riche s’en va signer un pacte avec un esprit des eaux (dans les spiritualités africaine, caribéenne, et asiatique, la sirène Mami Wata ou la Naja femme-serpent est la gardienne des trésors de la terre : elle procure donc la richesse). Elle revêt automatiquement, par cette alliance, la nature de ceux avec qui elle collabore : elle devient donc une sirène, nature spirituelle et mystique, qui se matérialise par certains comportements et avoirs matériels. Ses enfants porteront en eux, selon la génétique spirituelle, des germes de sirène. Alors l’enfant qui, ayant conscience de cela, acceptera son statu de sirène, sera, aux yeux du diable, l’arbre du fruit qui lui fera plaisir. Il pourra prospérer dans sa vie, en exécutant les plans du diable. Par contre celui qui refusera de le faire sera le figuier sans fruit. Il ne sert à rien. En acceptant de signer le pacte avec l’ancêtre, j’ai planté une semence, et au temps de la récolte on me dit qu’il n’y a rien ? La première personne sur qui l’esprit des ténèbres tempête, c’est soit celle qui a signé le pacte. Ensuite celle qui en a hérité en tant gérant. Elle doit se débrouiller pour enrôler les récalcitrants, car elle risque sa peau en cas d’échec !

Même quand la personne qui refuse sa nature démoniaque d’assassin, de sirène, ou d’escroc se tourne vers Dieu, le diable, par le biais de cette alliance de sang a encore la possibilité de gâcher sa vie, et de chercher à la détruire. Il faut alors que la source, c’est-à-dire l’alliance soit révoquée, dénoncée, et que la confession et la repentance suivent pour que le droit du diable de jouir de sa récolte disparaisse. Mais je vous l’assure, ce n’est pas toujours facile.

Assumer son statut ou ne pas l’assumer explique en partie pourquoi la manifestation de l’esprit de sirène des eaux dans une famille peut différer de celle d’une autre famille. Si dans la première on a accepté son état mystique, on prospère, et si dans la seconde on la rejette, eh bien on est tourmenté par toutes sortes de problèmes jusqu’à ce qu’on en prenne conscience et qu’on crie à l’Eternel. Parfois, au sein d’une famille, le père ou la mère qui se rend compte que ses enfants vont en pâtir décide de se tourner vers Dieu, sans pour autant confesser, se repentir, et dénoncer son alliance. Eh bien, le diable va tourmenter toute la descendance, alors que Dieu ne pourra pas délivrer la famille malgré les prières, tant que la source ne sera pas révélée et combattue. Ces chrétiens auront le salut de l’âme, mais pas la paix dans la chair.

N’avez-vous jamais été en face d’un chrétien qui se demande pourquoi, alors qu’il est devenu une nouvelle création, les choses anciennes demeurent pareilles qu’avant dans sa vie, malgré ce qui est écrit ?

En effet, il est écrit dans 2 Corinthiens 5 : 17 : Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici toutes choses sont devenues nouvelles.

Ce que beaucoup de chrétiens ne savent pas, c’est la vérité que la nouvelle création et les choses nouvelles dont il est question ici c’est surtout un changement d’esprit, de mentalité et de comportement en vu de la vie éternelle. Les choses anciennes, c’est-à-dire la condamnation liée au péché d’Adam, ainsi qu’à nos propres péchés disparaissent, nettoyées par le sang de l’Agneau. L’homme animal meurt, soumis par l’Esprit. Les choses anciennes, ce sont celles de la loi de Moïse, ainsi que la justice qui vient des préceptes de cette loi : la circoncision, les choses que l’on ne doit pas manger, le temple de Jérusalem, la lettre de répudiation…tous noyées dans l’amour du Christ. La nouvelle créature est libérée de ces chaînes. C’est aussi l’ancienne nature qui ne disparaît pas d’office, mais nous avons, par Christ, le pouvoir de l’abandonner. Cela ne signifie donc pas que dans la vie de tous les jours, toute chose devient nouvelle. Car nous pouvons garder le même conjoint, le même travail, et quelques soucis récurrents ! Pourquoi, alors que grâce au sacrifice de Jésus nous sommes délivrés de la malédiction de la loi, pourquoi donc celle de la terre demeure sur certains points ? Un tel souffre toujours de sa maladie, un autre n’arrive pas à abandonner l’alcool, puis un troisième n’est pas délivré de ses actions impudiques après des années de ministère ! Est-ce toujours normal qu’une personne souffre par exemple des mêmes problèmes que son père, ses frères, ses oncles, ou des mêmes ennuis avec la justice ?

Avez-vous déjà médité sur la vie de Lazare le pauvre, celui de la parabole de Jésus dans Luc 16 : 19-31, ce Lazare qui demeurait dehors, en face de la maison du riche qui ne lui donnait rien ; ce Lazare rempli de plaies que même les chiens venaient lécher ; cet homme qui devait être finalement bon de cœur, au point qu’à sa mort les anges de Dieu soient venus le prendre pour le conduire vers le sain d’Abraham, plutôt qu’en enfer ? Pourquoi une personne ayant la vie éternelle a-t-elle pu avoir une vie terrestre aussi malheureuse ?

Nous comprenons que le fait de souffrir sur terre, de vivre des tourments liés à son travail ou à la maladie ne signifie pas que Dieu n’est pas avec moi, que donc j’irai en enfer. En effet, si ma pauvreté est la preuve que Dieu n’est pas avec moi, alors pourquoi ce Lazare est-il parti se reposer dans le sein d’Abraham ? La souffrance sur terre de Lazare aux mille tourments est la preuve qu’il y a une autre vérité qui est une exception au principe posé par 2 corinthiens 5 : 17 : c’est la loi des malédictions au sein des familles. Et celles-ci doivent être brisées pour libérer le chemin des bénédictions terrestres.

Ce que nous enseigne donc l’Esprit, c’est la vérité que ce Lazare n’était pas délivré ; c’était un homme lié, soit par des choses se trouvant dans sa famille, soit pas des actes qu’il avait lui-même posé auparavant, et qui n’avaient pas été confessés.

RETOUR OBLIGE VERS LA SOURCE DE LA MALÉDICTION

Même si vous êtes chrétiens, né de nouveau, servant l’Éternel, tant que la source n’est pas révélée et fermée, tant que le péché n’est pas confessé, la chaîne de malédiction ne s’arrête pas jusqu’à la génération convenue dans le monde invisible. Pour ce qui est de la vie éternelle, Dieu va vous l’accorder si vous marchez selon la justice. Mais la malédiction que votre ancien a fait entrer dans la famille, vous n’y échapperez qu’en brisant énergiquement l’autel de Baal : Dans la même nuit, l’Éternel dit à Gédéon: Prends le jeune taureau de ton père, et un second taureau de sept ans. Renverse l’autel de Baal qui est à ton père, et abats le pieu sacré qui est dessus. Tu bâtiras ensuite et tu disposeras, sur le haut de ce rocher, un autel à l’Éternel ton Dieu. Tu prendras le second taureau, et tu offriras un holocauste, avec le bois de l’idole que tu auras abattue. Juges 6: 25-26. Ce n’est qu’à ce prix-là que Dieu revient poser la main de la délivrance sur toi. Tu dois te révolter contre l’idolâtrie de ta famille, et c’est parfois au risque d’une séparation. Gédéon, lui, a eu de la chance. Dieu a enseigné son Père.

2-Le livre de Josué 7 nous relate une défaite surprenante que subit les israélites face au peuple d’Aï, juste après avoir vaincu la puissante Jéricho. Pourquoi donc cette défaite ? La Bible déclare que Josué déchire ses vêtements, et tombe face contre terre : pourquoi nous as-tu fait passer le Jourdain pour livrer aux mains des amoréens ? Comment Dieu agit-il pour emmener Josué à résoudre ce problème ? Il ne lui promet pas la victoire, mais le ramène d’abord à la source : Israël a péché : ainsi, ils ont enfreint l’alliance que je leur avais prescrite ; oui, ils ont prit une part de l’interdit, ils en ont même volé, même dissimulé et même mis dans leurs bagages. Verset 11.

Quelle est la source de la série de malheur qui frappe ta famille ? Trouve-là, dénonce-là, repends-toi au nom du coupable, même s’il est mort depuis longtemps, et combat-là ! Tu ne connais pas ? Crie à l’Eternel.

Lorsque Josué a vu le malheur s’abattre dans la famille, il s’est lamenté devant Dieu ! Mais l’Éternel n’a pas aimé cette attitude-là! Quand la malédiction est là, que le diable inflige une série de malheurs, il ne sert à rien de se lamenter, car Dieu ne décidera pas de te libérer, tant que l’alliance avec les ténèbres perdurera : l’Éternel dit à Josué : Lève-toi, qu’est-ce donc ? Tu tombes face contre terre ! Verset 10. Autrement dit, ce n’est pas le moment de se lamenter, car il y a autre chose à faire.

Quelle était la source du malheur qui frappait tout le camp d’Israël ? C’était par la faute d’un seul homme nommé Akân. Qu’avait-il fait ? Dieu avait demandé à ce que rien ne soit ramené du camp des ennemis vaincus. Mais Akân avait désobéit. Voilà la source de la malédiction. Tout ce que l’Éternel interdit, eh bien si tu le fais, il est fort possible que tu fasses entrer la malédiction pour tous tes descendants. Akân a prit des lingots d’or, un manteau de grande valeur, deux cent sigles d’argent, et les a caché sous terre. Une fois la source révélée, Akân qui avait seul péché, fut mis à part, puis à mort avec ses biens, et ses fils ! Pauvres enfants, étaient-ils coupables ? Mais ils ont quand même payé la faute du père. Le lien de sang les a  condamnés.

3-Jonathan le fils du roi Saül était un homme bon. Il avait passé une alliance d’amitié avec David, au moment même où son père persécutait ce même David. Mais il avait commis une erreur : il n’avait pas renoncé à soutenir son père dans ses folies. Il n’avait pas fait comme Gédéon, c’est-à-dire brisé les valeurs de son père, les dénoncer, les condamner. Au contraire, il est resté à ses côtés et a soutenu ses bêtises.

Conséquences : il est mort avec son père, malgré le fait qu’il avait passé une alliance avec l’élu de Dieu. Cependant, sa bonne semence, c’est-à-dire son alliance avec David profita à ses enfants, car David les regarda avec bienveillance. Ainsi, même si tu es chrétien, que tu as donc passé une alliance avec Christ, la main du diable te tourmentera quand même sur terre, si tu ne renonces et ne dénonces pas la faute de tes ancêtres, celles qui est la source de tes malheurs. Mais tu auras quand même le salut de ton âme.

4- Jésus-Christ face à certaines maladies ne s’attaquait pas à la fièvre, aux ou à la plaie, mais dit : tes péchés te sont pardonnés, car c’était le péché la source des tourments.

Matthieu  9 : 4 -6: Et Jésus, connaissant leurs pensées, dit: Pourquoi avez-vous de mauvaises pensées dans vos cœurs? Car, lequel est le plus aisé, de dire: Tes péchés sont pardonnés, ou de dire: Lève-toi, et marche? Or, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés: Lève-toi, dit-il au paralytique, prends ton lit, et va dans ta maison.

Matthieu 9 : 2 : Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique : Prends courage, mon enfant, tes péchés te sont pardonnés.

Notre prière est que le Dieu tout puissant nous révèle la source de nos maux, afin que les poteaux des démons d’Achéra ou d’Astarté soient détruits et réduits en poussière ; que le sang versé par nos anciens ne soient pas réclamé à nos enfants. AMEN !

Source : http://sam-hyacinthe.centerblog.net/41-la-loi-des-s-ries-et-des-mal-dictions-dans-les-familles

http://psydh.com

Publicités