IMG_0290[1]                                                                                                                         Mballa  Landry Brice

MBALLA Landry Brice, 25 ans, Technicien de bâtiment est brutalement arrêté hier mercredi 02 Mai en queue de matinée, dans l’enceinte du Lycée de Zamengoé, alors qu’il y assistait aux épreuves physiques du Probatoire. Son bourreau en civil qui n’a même pas décliné son identité encore moins révélé les motifs de son arrestation, roulait à bord d’une MERCEDEZ 190 de couleur grise. Ce n’est que quelques instants plus tard que la famille de la victime apprendra que celui-là n’est autre que le Commandant de la Brigade de Gendarmerie d’Okola, région du Centre…Et de là, l’on devrait bien se demander le pourquoi de cette opération qui viole les procédures légales ?

VIOLENCES, TORTURES ET TRAITEMENTS  INHUMAINS SUR DESCENDANT…

             Monsieur ADA ONDOBO Albert (mécanicien / machiniste) et Madame MBALLA Mathilde (ménagère) parents de la Mlle Christelle, 19 ans et élève de première du Lycée de Zamengoué, accusent MBALLA Landry Brice d’avoir engrossé leur fille. « MBALLA Landry et moi entretenons une relation amoureuse. (…) Quand j’ai annoncé la nouvelle à ma mère elle m’a demandé d’avorter et de poursuivre mes études. Ce que j’ai refusé de faire. De retour de voyage, mon père ayant lui aussi été informé m’a menacée et m’a demandée d’avorter une fois de plus j’ai refusé. Il m’a battue avec la machette sous le regard de ma mère qui n’a rien fait pour arrêter cette violence atroce et inhumaine que je subissais. J’ai été blessée au pied et mon corps était couvert de blessures. Ayant informé mon copain de pressions et menaces que je subissais et dont j’étais victime, il s’est rendu chez mes parents pour les rencontrer plus exactement le 09 mars 2018. Les ayant absentés, il a été reçu par ma grand’mère et a rassuré cette dernière qu’il va assumer ses responsabilités. La pression augmentait et les menaces s’intensifiaient jusqu’aux menaces de mort. Soucieuse de mes études, de ma vie et de celle de mon future enfant je suis partie de la maison le 27 mars 2018 où j’ai trouvé refuge chez ma copine. De retour à la maison lundi 30 avril 2018, j’ai absenté mes parents et ayant été informée des événements qui se sont déroulés en mon absence, j’ai pris peur et  je me suis rendue chez mon petit ami. J’ai passé deux jours chez lui et ce jour ( ndlr : mercredi 02 mai 2018)  je me suis rendue au lycée pour passer mes épreuves physiques et sportives. Tout se déroulait bien jusqu’au moment où le frère de mon petit ami m’informe qu’il vient d’être arrêté et que mon père a donné l’ordre à deux de mes oncles (….) de rester  poster à l’entrée du lycée et de me ramener à la maison par tous les moyens y compris la force, j’ai pris peur, j’ai paniqué et je me suis à nouveau enfuie dans la brousse jusqu’à ce que je retrouve la route pour retourner chez ma copine. Aujourd’hui même avant le début des épreuves mon père m’a encore menacée de mort et ma mère m’a aussi menacée et m’a dit que mon petit ami sera arrêté et enfermé. Je suis traumatisée, je ne me sens plus en sécurité, j’ai peur de perdre ma vie ou celle de mon futur enfant ou bien de rater mon examen » déclare larmoyante Christelle jointe au téléphone par notre CELLULE D’ECOUTE…

En attendant, cette dernière exige la libération inconditionnelle de son ami qui sera présenté au Procureur Lundi prochain. A défaut promet-elle, elle passerait à la phase offensive avec des révélations tonitruantes.

 

CELLULE   D’ECOUTE

 

http://psydh.com

 

 

 

Publicités