RESCUE  International compte parmi les multiples ONG qui encadrent  les réfugiés, déplacés, retournés et familles hôtes, victimes de l’insécurité liée aux attaques de boko haram et au conflit intercommunautaire en république centrafricaine. Chemin faisant, si ces aides multiformes sont hautement saluées, il reste vrai que des points d’ombre planent et entretiennent des tensions inutiles entre ces populations bénéficiaires. Il faudrait bien « désamorcer » ce qui du reste s’apparente à une bombe et assurer au maximum la coexistence pacifique dans cet espace qui héberge plusieurs milliers d’âmes. C’est à ce titre que nous recevons M. ABBA MAHAMA, sexagénaire, responsable des Naturopathes membres du Réseau de Santé et droits de l’Homme et Conseiller auprès du Comité de Vigilance de la localité de Kourgui. Il se prononce sans passion sur ce qu’il dit avoir vécu et propose des solutions dans le sens d’éviter l’escalade.

IMG_20180211_111756

ABBA MAHAMA

ODH :   Que pensez-vous du bilan de l’ONG « RESCUE »  à Kourgui ?

ABBA  MAHAMA : Excellent et Regrettable dans une certaine mesure.

EXCELLENT : L’apport de RESCUE a été des plus fructueux pour cette population qui a longtemps sombré dans la pauvreté. Je suis de ceux qui estiment que cette ONG a touché au vif les vrais problèmes des populations locales. L’on serait ingrat de ne pas leur marquer notre reconnaissance.

REGRETTABLE : Cette distance que je garde a le mérite de mettre en garde cette ONG et d’autres dans le cadre de leurs opérations. Il faudrait bien le dire pour regretter que RESCUE au-delà du sourire qu’elle a apporté, a au prix de son amateurisme, fait parallèlement le lit de l’insécurité et de la corruption.

  • Insécurité: Nous sommes dans une zone rouge et tout rassemblement de plusieurs personnes devrait être encadré afin d’éviter des infiltrations des kamikazes. Or, pour le cas de figure, nous Comité de Vigilance avons assisté à un désordre où  RESCUE organisait ses foires sans jamais nous prévenir, en l’absence des forces de Défense et de Sécurité. Ce qui nous obligeait à affaiblir notre dispositif à certains endroits, puisqu’il fallait préserver  des vies des populations-cibles de RESCUE.
  • Recensement : a été une opération échouée. Les bénéficiaires de RESCUE sont à tout point de vue, les proches parents et complices des Agents Recenseurs dont certains souffrent d’une moralité douteuse. Ici se pose la question de savoir comment une ONG Internationale de cette  trempe peut-elle se permettre de procéder au recrutement de ses auxiliaires, sans tenir compte de leur passé ? Sur quoi repose l’évaluation des ces auxiliaires, puisque dans tous les cas, nombreux ont brillé par des actes irresponsables  connus des cadres RESCUE, lesquels généralement ont préféré se taire ?
  • Distribution des Dons: En donnant la possibilité aux recensés de se faire enrôler à travers la photocopie de la CNI (Carte Nationale d’Identité), RESCUE a validé la pratique du faux et usage du faux, permettant à une  photocopie de CNI de garder le même nom, mais en servant une dizaine de personne grâce à la manipulation par ordinateur du Numéro de ladite CNI. Voilà une situation qui permet à certaines personnes que nous connaissons de disposer pour le  même nom 4 à 6 comptes qui leur rapportent cent milles francs par compte. Pendant ce temps, les plus méritants plongés de la misère meurent de faim et sans soins médicaux.

Avec quels arguments soutenez-vous le fait que des Cadres de RESCUE n’aient pas voulu prendre en compte les manquements de leurs auxiliaires ?

J’ai personnellement appelé le responsable par téléphone pour lui faire part des dérives qui accompagnaient les opérations qu’il menait à Kourgui. Sa réaction assez polie, n’a jamais été suivie des faits. Des trois hommes dont la photo ci-dessous est  jointe, deux sont  handicapés. Tous sont régulièrement recensés, mais au moment où nous parlons, leurs comptes ouverts ne leurs sont pas accessibles, parce que des bandits qui se trouvaient dans les rangs des auxiliaires les ont soit détournés, soit vendus à leurs complices fabriqués comme étant des mandataires (inconnus de ces bénéficiaires.). Là encore, ils se sont plaints au moment de la distribution des Cartes SIM, se sont laissé dire que leurs causes seront solutionnées, puis rien.

IMG_20180211_081104

       DE  GAUCHE A DROITE : BOUKAR  MARSAL,  BOUKAR  ALI,  ASSANA  SAMBO

Qui est mandataire ?

Dans le logique de RESCUE le mandataire est celui qu’un bénéficiaire soit inapte ou vulnérable, soit sans CNI, soit analphabète, etc. choisit pour agir en son compte. Ici c’est le bénéficiaire qui décide. Mais sur le terrain, nous avons entendu des noms des morts, des habitants de Kousseri et autres villages éloignés,  devenus bénéficiaires et pour lesquels leurs fils ou proches se constituaient mandataires.

Comment peut-on à votre niveau, matérialiser le fait que certaines gens aient plus d’un compte ?

Je sais de quoi je parle. Dites à ORANGE Cameroun qui paye ces bénéficiaires, d’exiger au guichet, les  Originaux des CNI à défaut la présentation physique du bénéficiaire n’ayant pas de CNI. La suite ? Très peu se présenteront. Vous comprendrez dès lors que les  23 ABBA MAHAMA (c’est un exemple) qui sont sur la liste, ne sont pas des homonymes avec des CNI différentes, mais la même personne multipliée par 23.

En quoi est-ce que cette situation est troublante pour la localité ?

Hadidja estime que HAWA est entrain d’exploiter son compte.  Boukar est déçu de n’avoir de pas de compte, alors qu’Oumar qui n’est pas de Mora, en a deux.  ABBA fait des jaloux parce qu’il se serait enrichi en vendant des comptes….Les Agents de Recensement ont ignoré beaucoup de quartier. J’ai même appris que la communauté podoko-chrétienne et animiste, en dehors des complices du chef  issus de cette communauté, a été largement  ignorée pendant le recensement.

Que suggérez-vous comme solution ?

Je n’ai pas d’ordre à donner à une ONG qui décide de partager à manger aux populations affamées et démunies. Cependant je dirai aux autorités qu’il leur appartient de sauver les meubles de la paix en exigeant deux enquêtes dont une conjointe avec Orange, afin de déceler les manquements de cette opération qui a permis à ces voyous  de brandir haut la main le trophée de la Corruption. La deuxième Enquête consistera à vérifier si les 200 familles Hôtes annoncées (contre 800 Déplacés) sont bel et bien celles qui ont bénéficié de l’appui. Ma lecture m’obligeant de voir le contraire.

Entretien réalisé par  I-M

Article similaire:  https://psydh.wordpress.com/2018/01/20/cameroun-extreme-nord-insecurite-bilan-mitige-de-lassistance-des-ong-internationales-aupres-des-populations-un-observateur-accuse/

 

http://psydh.com

Publicités