IMG_20171011_114400

Ce qui précède n’est qu’un cliché sombre et peu envié de notre gouvernement chez qui silence a pris la mesure d’absence.. A force de se taire, la machine administrative donne l’impression d’être oxydée et  inopérante.  Ceci est d’autant plus vrai que la correspondance du 11 septembre dernier de dame KORDASS,  adressée aux autorités Camerounaises pour justifier son « forfait », porte en elle des germes de dédain manifeste à l’endroit  de ce gouvernement dont le silence prolongé pourrait davantage s’apparenter à une forme de lâcheté. L’analyse qui suit se veut illustrative de cette provocation que nous fustigeons, non sans rappeler que le Cameroun n’est pas et ne sera pas ce que fut la France à l’Allemagne sous le règne du Maréchal PÉTAIN.. Le Cameroun n’est pas sous une quelconque occupation étrangère  fut-elle Germanique qui  le réduirait à sa plus petite expression. Mme KORDASS devrait se plier à défaut de reculer et s’en aller.

Pétain et Hitler

Le 24 Octobre 1940, le  Maréchal  Philippe PÉTAIN  à gauche, fait allégeance à Hitler, à droite, quatre mois après l’occupation de la France par l’Allemagne.

ANALYSE ET COMMENTAIRE  DE LA CORRESPONDANCE ADRESSÉE AUX AUTORITÉS CAMEROUNAISES PAR  Mme  KORDASS

DANS LA FORME :

  • La lettre de Mme KORDASS est écrite le 11 septembre 2017 à Yaoundé, soit une Semaine après la date officielle de la rentrée Scolaire au Cameroun. Les arguments qu’elle évoque pour justifier son forfait démontrent qu’ils ne sont pas récents et seraient le fruit d’une longue réflexion. Mais pourquoi n’avoir pas prévenu son personnel plus tôt ? Comment attendre une semaine après la rentrée officielle pour « confirmer » (et non informer) la fermeture de son Établissement survenue une semaine avant ?
  • Ladite correspondance est adressée au Ministre de l’Éducation de Base et ampliée aux : Gouverneur de l’Extrême-Nord, Délégués Régional Extrême-Nord et Départemental Mayo-Sava de l’Éducation de Base, Secrétaire Éducation Privée laïque des 3 Régions du septentrion, Préfet et Président Tribunaux du Mayo-Sava, Sous-préfet de Mora : Curieusement, le Ministre des Enseignements Secondaire et le Délégué Régional du Travail et Sécurité Sociale sont  ignorés.

DANS LE FOND :

  • Son égocentrisme est très perceptible
  • A l’entame de la correspondance, elle précise ceci : «  SCHULZENTRUM MORA : LE DIRECTEUR GÉNÉRAL FONDATEUR et PROPRIÉTAIRE DU TITRE FONCIER ET DE TOUTES LES INFRASTRUCTURES : Adelheid Hermine KORDASS; » C’est connu, pourquoi le rappeler en lettre capitale ? Justement pour dire aux uns et aux autres que cet espace-là n’est pas la propriété de l’État Camerounais.
  • Elle n’a jamais évoqué ce qui advient du sort de son personnel. Ni salaire, ni réparation, ni prime de séparation, ni arriérés. Elle n’en dit mot. Le contraire aurait surpris. Ces hommes et femmes n’ont été chez elle que des esclaves.
  • Elle « décline toute responsabilité financière et tout ce qui concerne le fonctionnement du Complexe Scolaire SCHULZENTRUM à Mora» écrit-elle. C’est la suite logique des arguments aussi légers que mensongers qu’elle développe. Cependant sa mauvaise foi surgit lorsqu’elle refuse au projet du Sous-préfet de Mora de germer. En effet, celui-ci avait proposé qu’un COMITE DE GESTION PROVISOIRE de cet Établissement, fût mis en place pour contrecarrer l’orage. Son refus d’exploiter ses infrastructures atteste ses aspirations fascistes.

 

  • MENSONGES ET MAUVAISE FOI MANIFESTE

 

  • Elle écrit en septième point : « le Personnel est tout transformé et le Complexe Scolaire a perdu confiance en eux» : Perdre confiance en son personnel exige qu’on se sépare de lui selon les règles de l’art. Confisquer ses quatre mois de salaire et le jeter en pâture sont  inhumains et preuve de méchanceté. Comment donner  raison  à cette dame dès lors que ce Personnel qu’elle fustige, est artisan du brillant succès aux examens Officiels que cet Etablissement a enregistrés, faisant de lui le meilleur du Département et l’un des top dix de la  Région ?

 

  • FAUX FUYANT

 

  • Pour justifier son mensonge, elle exploite mal l’information officielle liée à l’insécurité qui prévaut dans la région. Elle écrit : « l’insécurité qui règne dans toute la région, kidnapping, kamikazes, décapitation, assassinat, pillage des villages, vulgarisation excessive des drogues. » : Et pourtant la météo de la même région atteste que les populations riveraines de son Etablissement n’ont jamais bougé d’un seul iota. A moins qu’elle veuille nous dire indirectement ce qu’elle souhaite ou mieux ce qui serait planifié contre le Cameroun, nous restons en droit de rappeler que l’intégrité territoriale du Cameroun est sous contrôle de nos forces de défense. L’autorité de l’Etat dans la Région n’a jamais vacillé. Et du moment où, tout est en ordre, il lui appartient sous la vapeur de ses craintes, de s’éloigner peut-être et de prendre des dispositions qui lui sied.
  • A-t-elle des doutes sur l’efficacité et l’opérationnalité de nos forces de défense et de Sécurité pour crier tant ? Qu’elle se souvienne que ce sont des Camerounais et autres africains au sein de la 2è Division Blindée (de l’Opération Overlord[1]) dirigée par le Général Leclerc qui entrent triomphalement à Paris le 24 Août 1944, après avoir chassé l’occupant Allemand. Douter de la valeur des Camerounais et surtout de ses forces de défenses et Sécurité, est la bêtise que nous ne saurions admettre.

 

  • PRÉSUMÉES ASPIRATIONS NEO-ESCLAVAGISTES

 

  • Parfois l’on se demande ce que font les INSPECTEURS DE TRAVAIL pour que des pratiques d’un autre âge soient encore en vigueur chez nous. Est-il normal qu’un employé niveau Terminale qui accuse 24 ans de service,  ait un salaire brut de 50 mille francs, soit un net à percevoir largement inferieur ? Sur quoi repose la grille salariale pour qu’un autre moins de 10 ans de Service et moins « calibré », se retrouve avec un salaire de loin plus élevé ?les INSPECTEURS DE TRAVAIL qui laissent prospérer de tels manquements ne seraient-ils pas complices du folklore ?
  • Mme DORKASS écrit parlant des conséquences de ce qu’elle évoque comme causes de la fermeture : «  (…) la baisse drastique de nos ressources, nous nous trouvons dans l’incapacité de continuer l’activité de l’École privée laïque SCHULZENTRUM Mora » : Arguments faux dans tous les sens. Elle a perçu pour le compte de l’année Scolaire 2016-2017  la somme totale[2] de : 33.500.000 F (Trente trois millions cinq cent mille francs) avec un effectif d’élèves en pleine croissance.
  • Sa Masse Salariale mensuelle exclusivement pour les douze travailleurs affiliés à la CNPS s’élèvent à : 500FCNPS (prélevées et irrégulièrement versées) : 42.600F – Net à Percevoir : 507.900F
  • Il y a dol (total de 2.542.800F) si l’on considère les versements CNPS non effectués pour douze mois, l’on obtiendra la somme de : 200F contre des arriérés qui s’élèvent à un net percevoir total de : 2.031.600F
  • Comment valider ses arguments quand on sait ce qu’elle gagne en amont ? Comment admettre que son Principal ait chassé des élèves, alors que le taux de croissance de la population du secondaire est  de 17,33%  pour un staff mal et irrégulièrement payé ?
  • Au moment où elle crucifie sans la moindre pudeur ce personnel qui l’a rendue riche au Cameroun, elle suggère dans la même lettre, vouloir se déployer au quartier Bastos à Yaoundé, où elle voudrait ouvrir un autre Établissement scolaire éponyme. Une telle suggestion révèle tout ce que nous décrions. Comment peut-on surexploiter tant de gens et prétendre poursuivre son aventure ailleurs et sous la barbe d’un gouvernement apparemment très muet ?

Le  25 Octobre 2017

 

Emmanuel  MOMO

 

[1] Lancée le 06 Juin 1944 par le Débarquement  des Forces  alliées  à  Normandie

[2] Source : Documents  Comptables  tenus  par  M. GOUANE WANIE, le N° 2 de la Fondation.

Publicités