Mme Fanta

Mme F. M.  et  son  fils

Cas de M. IBRAHIM  SEIDOU – parent- à NDOGBONG Citadelle – Douala

Contre

MOUHAMMED IBRAHIM SEIDOU ZEUGANG –

Fils âgé de 3 ans et dans les bras de sa maman à Garoua.

 

Mme F.M , domiciliée à Garoua, vient de nous saisir au sujet de son fils  MOUHAMMED IBRAHIM SEIDOU ZEUGANG, né le 25-11-2014 à la Cité de Palmiers à Douala.

Elle nous apprend que M. IBRAHIM  SEIDOU, domicilié à NDONGBONG – Douala a littéralement abandonné  ses devoirs de parent vis-à-vis de leur fils. C’est ainsi que dans une description historique, elle nous a permis de constater ce qui suit :

  • Alors qu’elle séjourne à Garoua avec le nouveau né, il appelle les parents de F.M et leur fait comprendre et à leur surprise, que la relation (de concubinage) qui les lie était arrivée à son terme. Autrement dit, il était inutile pour elle de retourner à Douala. Entre autres conséquences fâcheuses, Mme F.M  évoque son incapacité à récupérer ses effets restés à Douala.
  • Quelque temps plus tard, IBRAHIM SEIDOU se rend à Garoua avec pour objectif de « récupérer » son fils. Le refus musclé des parents de F.M  de libérer l’enfant, lui aurait contraint à suspendre tout soutien à cet enfant. C’est ainsi que le petit MOUHAMMED IBRAHIM SEIDOU ZEUGANG n’a plus jamais reçu de ration alimentaire depuis deux années.
  • Voyant la rentrée scolaire 2017-2018 pointer à l’horizon, Mme F.M  a demandé à IBRAHIM SEIDOU, de lui faire parvenir la Copie d’Acte de naissance de l’enfant, afin de procéder à son inscription. Le père de l’enfant qui ne semble pas être au bout de ses « sanctions » aurait dit son refus de répondre à cette demande, non sans rappeler qu’il le ferait exclusivement à « MOUHAMMED IBRAHIM SEIDOU ZEUGANG le jour où ce dernier le lui réclamerait ».

C’est au titre de ce qui précède que   Mme F.M, très préoccupée du sort de sa progéniture, a jugé utile et urgent de solliciter notre intervention afin que la cause de cet enfant qui n’a pas demandé de vivre soit entendue et suivie.

E.M

 

 

Publicités