Addou aziz abdoulaye

         Le  28 Juin dernier, dans un Rapport de dénonciation adressé aux  MINJUSTICE, SED, CNDHL et le PRÉFET du Mayo-Sava, nous écrivions : « Abdoul-Aziz Abdoulaye, 26 ans domicilié à Mora est interpellé tôt ce matin au lieu-dit  MEME (chefferie dépendant  de l’arrondissement Mora) par des éléments de la Brigade Territoriale de Gendarmerie de Mora (BTGM) (…) nous sommes offusqués d’apprendre qu’il ait fait l’objet de bastonnades et autres formes de tortures au point d’être incapable de se tenir debout. Pour démontrer leur mauvaise foi, les gendarmes l’ont conduit directement en cellule, plutôt qu’à l’hôpital tant il est vrai que le jeune Abdoul-Aziz Abdoulaye était déjà très épuisé et même affaibli (…) Il doit donc passer ce jour, sa  première nuit en cellule dans des conditions médico-judiciaires inacceptables puisque  légalement injustifiées. C’est criminel !!!! »

Après cette sortie, sa famille qui lui rend  régulièrement visite a constaté que sa santé se dégradait. Elle a demandé au maître-de-céans, Commandant de ladite Brigade de daigner l’évacuer à l’hôpital pour des soins médicaux. Refus du Chef qui exige plutôt qu’une nouvelle moto soit achetée par ce dernier. A noter que tortures et garde-à-vue lui sont imposés sur la base de  soupçons de vol de moto. Toutes choses qu’il nie en bloc, faute de preuve contre lui. Au moment où nous rendons publique cette information, les nouvelles qui nous sont parvenues ce matin (soit  5 jours après l’intense torture subie), font état de ce que, Abdoul-Aziz Abdoulaye est très malade, il porte des blessures devenues des plaies au  dos et le reste du corps. Ces plaies contiennent  du pus, donc  infectées et lui font atrocement mal. Il ne cesse de pleurer non sans implorer l’indulgence du Commandant en Chef de cette Brigade qui est resté jusqu’à lors très froid.

BABY  JULAGO

Publicités