sm-ondoa-mbida-joseph-plus Sa Majesté feu ONDOA  MBIDA Joseph

Dernières volontés rejetées ;

Héritage détourné ;

Prince assassiné …

Désaccords autour de la succession de feu ONDOA MBIDA Joseph. Famille divisée, successeur « imposé » par certains, droits de succession violés pour d’autres, arrestations arbitraires, promesses de mort, crime crapuleux. La Sous-préfecture de Yaoundé 4è présumée d’avoir été manipulée par un camp, affiche son Incapacité de trancher depuis trois ans. Et  notre « droit d’ingérence » afin de sauver ce qui en reste…

BON  A SAVOIR

La chefferie de 3è degré de NKOMO 2 Nord est dirigée jusqu’en mars 2014 par Sa Majesté ONDOA MBIDA Joseph. Marié et père de plusieurs enfants.  Nos enquêtes appuyées par des écrits font état de ce que, le défunt, tombé malade est évacué à LIMBE sur la demande d’une des siennes de profession médicale…. Malencontreusement, il y décède. Mais avant sa mort, il fait appel à l’un de ses fils, Elie Doris MESSINA. A celui-ci, il aurait confié ses dernières volontés et ses reliques présentées ainsi qu’il suit :

  • Sa Carte de Chef Traditionnel de 3è degré ;
  • Sa chevalière ;
  • Son cendrier.

Pour lui dire ceci bien après : «  Ces objets sont des signes de chefferie que je te remets, je sais que tu es encore jeune, va tu fais confiance à ton père, oncle Owona Laurent, qui gèrera cette chefferie. S’il arrive à être fatigué, il te remettra sur le trône. »[1]

[1] Archives  Sous-Préfecture de Yaoundé 4è. Extrait d’une correspondance de  Elie Doris MESSINA, du 31 Mars 2014 et enregistrée le 07-4-2014.

PROBLÈME

Peu avant la neuvaine, le 18 février 2014, la famille éplorée reçoit un  message porté du sous-préfet  qui annonce déjà sa descente dans le souci de consulter les notables afin de désigner le successeur de feu ONDOA MBIDA Joseph. Dès cet instant commencent à apparaître les fissures. La grande famille et les orphelins ne sont pas ensemble. Les points de vue divergent. Puis, surprise dans les rangs des orphelins. Le 12 Mars, M. MBIDA  Apollinaire est désigné comme étant le nouveau chef. Ce choix n’arrange pas les orphelins qui crient à la manipulation. Pour eux, il aurait bien fallu que le choix du père eût été respecté. Depuis lors, c’est la confusion qui a coûté la vie à Élie Doris MESSINA, assassiné à coups de hache et de pilon le 29 Octobre 2015 par ses neveux. Au moment où nous rendons public cette affaire, l’un des bourreaux est en prison et son frère en fuite. Escalade apparemment encadrée par la même famille puisque, les renseignements obtenus sur place, laissent entendre qu’il était présent aux obsèques de sa mère et n’a jamais été arrêté.

depouille-de-feu-doris-prince-nkomo-2Dépouille mortelle de feu  Élie Doris MESSINA ( 05 Août 1987 – 29 Octobre 2015)

POURQUOI  M. MBIDA APOLLINAIRE EST-IL REJETÉ ?

        Dans l’incapacité d’apprécier les motifs profonds qui justifient la décision du Chef de Terre de désigner M. MBIDA Apollinaire comme nouveau chef, il nous semble plutôt indiqué de comprendre les raisons pour lesquelles, ce dernier est vomi :

  • La Notabilité coutumière compétente de cette chefferie, est celle de Mvog-Anaba. Dans sa correspondance adressée au Sous-Préfet de Yaoundé 4è le 24 Avril 2014 et à lui notifié le 12 Mai 2014 par exploit d’huissier, il est clairement précisé entre autres :
  • La désignation du nouveau chef s’est déroulée dans « la confusion, la précipitation et le désordre total. » ;
  • Les notables consultés par le Sous-Préfet à l’effet de désigner le nouveau chef, sont inconnus des Mvog-Anaba ;
  • Les familles EHAN et ENGBON, composantes de ladite chefferie n’ont pas été impliquées dans le processus de désignation du nouveau chef ;
  • Les postulants au poste, y compris ceux qui s’étaient présentés comme fils biologiques du feu Chef, n’avaient jamais brandi de pièce justificative de leur parenté ;
  • MBIDA Apollinaire, désigné comme Chef n’a pas pu brandir un acte de naissance justifiant son statut de fils du défunt. En plus, rappellent les notables Mvog-Anaba, celui-là est inconnu de la cour, ne connait « ni l’histoire, ni les coutumes, ni la tradition » de la chefferie qu’il hérite, avant de préciser qu’il a toujours habité Mfou.

ÉTAT DES LIEUX

La situation reste tendue. L’action du Gouverneur du Centre, Préfet du Mfoundi et naturellement celle du Sous-Préfet de Yaoundé IV, régulièrement saisis, n’est pas visible sur le terrain. Des descendants du feu Chef sont depuis lors, répudiés de la chefferie et convaincus autour de M. Laurent Marcelin OWONA (leur oncle présenté comme successeur présomptif du feu chef), qu’un autre assassinat est en vue. Pourquoi ne pas le souligner, puisque ESSOA ONANA Xavier, le cadet du défunt est attendu devant la barre du Tribunal d’EKOUNOU (YAOUNDE), le 17 février prochain suite l’action qu’il a engagée contre APOLLINAIRE MBIDA pour destruction des biens, rétention illégale des documents, faux et usage de faux ?

RÉFLEXION

Lorsqu’on exploite les parcelles de cette histoire, l’esprit se voie assailli par d’interminables questions. Le Sous-Préfet qui désigne APOLLINAIRE MBIDA est certain que l’acte qu’il pose pourrait avoir d’injustes retombés sur le cours de cette histoire. Et la question est de savoir :

  • Le Sous-Préfet avait-il pensé aux mesures conservatoires, susceptibles de maintenir dans cette chefferie, ordre et paix pendant et après la désignation APOLLINAIRE MBIDA ?
  • Qu’avait pensé le Sous-Préfet des reliques de feu ONDOA MBIDA, présentées par son fils Élie Doris MESSINA de regrettée mémoire? S’il en avait eu de doute, quels efforts avait-il fourni dans le sens de la manifestation de la vérité ? D’ailleurs qu’est-ce qu’un Testament ? Quelles en sont les formes pour justifier le fait que les dernières volontés du Chef, faites à LIMBE n’aient pas été prises en compte ?
  • Des sources proches du défunt nous apprennent que le deuxième présumé assassin déclaré en fuite, habite les encablures de Yaoundé et jouit de la protection des siens. Il a même été aperçu aux obsèques de sa maman et s’en est retiré sans être inquiété. De là, comment allons-nous interpréter cette manière de faire, si la mort d’Elie Doris MESSINA n’est pas la résultante d’un plan savamment monté par des présumés complices qui, aujourd’hui refusent de faire arrêter le présumé assassin en fuite ?

Fait le  02 Février  2017

Emmanuel  MOMO

Publicités