image-mgr-watio

L’Édition du quotidien  La Nouvelle Expression  du  6 janvier 2017 nous informe du projet de Mgr Watio, ordinaire du diocèse de Bafoussam,  de contre-attaquer les Églises de réveil. Dans les faits que reproche-t-on à ces Églises ?

De manière empirique, nous pensons que l’Église Catholique reproche aux Églises de Réveil, le fait que celles-ci aient assez recruté dans ses rangs. En d’autres termes, les Églises de Réveil font aujourd’hui le plein grâce aux anciens fidèles des autres obédiences chrétiennes, dont les Catholiques romains. C’est ici pour nous autres, une lecture purement quantitative de la question. Toutefois, où se trouverait réellement le problème ? Pour  Mgr WATIO, il est urgent de recadrer  l’Évangélisation qui serait aujourd’hui entre les mains de n’importe qui, capable de dire n’importe quoi avec d’incalculables retombés sur la construction de la foi. D’où l’urgence des Campagnes d’Évangélisation de proximité lorsqu’il déclare d’ailleurs qu’  «Il faut à un moment donné que nous sortions pour aller vers les gens. Quand un micro est ouvert, lorsque celui qui parle dit la vérité, les gens écoutent et en profitent. En même temps, lorsqu’il dit n’importe quoi, il y a des personnes naïves qui avalent ça». Par contre, la lecture des fidèles des Églises de réveil diffère à plusieurs niveaux. Stephen N. , d’une de ces obédiences précise : «  Je suis marié à l’Église Catholique, mais plus tard je me suis rendu compte que je n’ai jamais grandi dans la foi (…) C’est le prêtre qui parle, le fidèle avale. Aucune exhortation ou cadre de travail n’est tracé pour que le fidèle fasse  des efforts dans les lectures et dans la pratique (…) Et en plus, comment admettre que chaque jour, cette Église catholique  forme des gens moralement en déphasage avec les  enseignements du Christ ? Comment se sentirait-on en sécurité dans une chapelle qui connaît chaque jour,  la recrudescence des rituels sataniques, de l’homosexualité et de l’adultère ? Lorsqu’on vous présente un prêtre qui est présumé vendeur des os humains, un autre qui a toujours été au centre des divorces entre des couples fidèles de sa paroisse et qui n’est jamais puni, que resterait-il à faire ? Que voulez-vous que nous fassions lorsque des gens réputés féticheurs dans nos villages, jouissent dans cette Église, de tous les privilèges dus à leurs grandes offrandes ? »

Églises chrétiennes confondues: Toutes complices du malheur des populations.

        Voilà une position qui fait méditer. Cependant si ces Églises catholique, Protestante, Réveil, etc. peuvent ne pas s’accorder sur beaucoup d’aspects, nous resterons froids de reconnaître qu’avant que l’ Église ne soit, l’Homme avec ses forces et faiblesses fut. Et prétendre que le mal est ailleurs que chez soi, serait se tromper de lecture. Toutes ces organisations et/ou obédiences portent en elles, le spécimen de l’Homme faible et en proie à toutes les viles aspirations. Il faut à ce niveau un peu de tolérance. Cependant, ce ne sont pas les campagnes d’Évangélisation de proximité qui changeraient le cours de cette histoire qui est en train d’être écrite. Il y a mieux à faire. Monseigneur WATIO en orientant les prochaines actions de son Église contre la croissance des Églises de Réveil, ne se rend pas compte de la vaste campagne de publicité qu’il initie pour celles-ci. Apprendre que les « fidèles réveillés » font l’objet des préoccupations de l’Évêque de Bafoussam, force du respect pour ceux-ci. Ceci est d’autant plus vrai que la force des « Réveillés » repose sur l’incarnation de l’Évangile. Celle-ci doit être active et engagee comme nous rappelle le Cardinal Christian TUMI, ce prélat « réveillé ». Elle doit éclairer notre quotidien. Elle doit orienter nos actions. Elle doit rester immuable, inoxydable et permanente. Les masses veulent voir leur vie transformée par la foi et non par les promesses du genre

« Le Seigneur soit avec vous (…)

Élevons notre cœur;

Nous le tournons vers le Seigneur;

Rendons grâces au Seigneur Notre Dieu;

Cela est juste est bon. »

Les maladies, la misère, la pauvreté, la sorcellerie et ses corollaires doivent être combattues et vaincues.

C’est cela la recette Monsieur l’Évêque. Le contraire serait un investissement sur un relief de montagnes escarpé…Les Églises de réveil  ont certes le  vent en poupe, puisque déjà vous confirmez dans vos propos l’appellation de « réveil ». Comme pour affirmer qu’elles assurent réellement le « réveil » des masses dont votre Église a longtemps bercé le sommeil. Mais à vous toutes, nous disons que rien n’est encore fait. Vous êtes toutes complices des souffrances actuelles des populations camerounaises. Toujours absentes lorsqu’on vous attend. Jamais aux côtés des victimes, des veuves, des orphelins. Après les œuvres de l’éducation, la construction des hôpitaux et autres œuvres sociales des deux derniers siècles que nous saluons en passant, ayons à l’esprit que le XXIè siècle nous interpelle avec d’autres défis. Nous attendons de vous, l’expression de l’ amour-en-acte comme enseigné par Jésus-Christ dans Luc 10 :25-37 et minutieusement appliqué par le Pasteur Martin-Luther KING face aux injustices aux USA. Et d’ailleurs, pourquoi ne devrait-on pas nous inspirer du modele-trace-par-mgr-ndongmo  ?

Voilà des enfants devenus orphelins suite au décès de leurs parents soldats qui à Bakassi, qui dans le front contre boko haram au Nord du pays, qui dans le conflit Centrafricain, etc.  On ne vous a pas vu à leurs côtés. Quelle position et action avez-vous prises face au phénomène de l’AVC qui est devenu la deuxième cause de mortalité au Cameroun, après le paludisme ? De vos nombreux fidèles se comptent des brebis galeuses de la Gendarmerie et de la Police qui torturent à défaut de piller sans mesure des pauvres populations sur la chaussée, dans les campagnes, dans les commissariats, dans les brigades, etc. Vous en êtes au courant. Mais que leur avez- vous transmis comme enseignement, au moment où ils vous versent les dîmes et offrandes ? Votre silence est complice des injustices. Pendant ce temps, le mal se gangrène, les misères prennent de l’ampleur, bientôt vous n’aurez que des bourgeois dans vos chapelles, puisque les pauvres seraient morts de non assistance. Et pourtant, le fondateur de votre foi nous exhorte du lointain quelques mots restés d’actualité : « Cherchez d’abord le Royaume et sa justice et tout cela vous sera donné par surcroît » Matthieu 6, 33. Où est situé ce royaume, si ce n’est à travers de nobles aspirations spirituelles, intérieures, subtiles, immaculées et sans la moindre saveur du matériel?

Emmanuel  MOMO

Publicités