images-de-mora

Mme ZENAPA née vers 1985 à Blaquessa, Arrondissement de Mora, est mariée dans un premier temps à Monsieur Dieudonné MENIO. De cette Union naissent trois enfants par césarienne, dont deux en vie. Selon une source bien introduite, Dieudonné pas très content des charges à lui imposées par ces césariennes, aurait préféré répudier sa dulcinée ZENAPA. Il usera de plusieurs subterfuges : Violences, intimidations, menaces de mort, etc. Tout ceci se passe entre les années 2012-2013. Face à un homme devenu insupportable, ZENAPA s’enfuie. C’est donc à ce moment qu’elle est accueillie par sa tante, Mme XAVIER, domiciliée au Camp de la Mission Catholique de KOURGUI ( banlieue située à 7km de la ville de Mora)

Un an plus tard, Monsieur WADAWA, 56 ans s’intéresse à elle et la prend en mariage. Cette opération se fait selon les us et coutumes de la dame. Nous sommes autour du printemps 2014. Cependant, malgré l’absence de progéniture dans cette nouvelle alliance, le couple Wadawa-Zenapa mène une vie paisible, loin de toutes turbulences. C’est le 27 novembre 2016 qu’apparaissent les premières épreuves. Monsieur WADAWA éberlué et ébranlé par ce qu’il lui arrive a accepté de se confier à nous. Sa femme fraîchement libérée d’une garde-à-vue, se plie à son tour à notre jeu questions-réponses.

Entretien avec M. Wadawa

image-wadawa

Qu’est-ce qui s’est passé ce matin ?

J’ai fait l’objet d’une convocation par Sa Majesté OUMATE, Chef de KOURGUI. En fait, M. MENIO Dieudonné précédent époux de ZENAPA l’a saisi et à travers sa plainte, exige que je lui rembourse entre-autre : Trois cent mille francs de dot et tout ce qu’il a dépensé au cours des trois césariennes de ZENAPA.

Savait-il un peu plus tôt que ZENAPA était devenue votre épouse ?

J’estime que oui. Du moment où nous habitons le même arrondissement. Et en plus, notre mariage ne s’est pas fait en cachette. Mais je m’interroge. Pourquoi avoir attendu trois ans de  rupture avec cette dame, soit une année chez sa tante et deux ans avec moi, pour décider aujourd’hui de créer des problèmes.

Pensez-vous qu’il ait eu un Acte de mariage avec ZENAPA ?

Non, leur mariage était purement coutumier.

Quel est le point de vue de ZENAPA ?

Difficile de vous répondre puisque dans cette logique, le Chef  OUMATE l’a placée en garde-à-vue dans ses cellules tôt ce matin.

Pourquoi cette détention ?

Parce que selon lui, je devrais prendre l’engagement de rembourser la somme de Trois Cent mille francs. Cette Somme d’argent représente la première dot de ZENAPA, tout en pensant à faire de même des dépenses faites par Dieudonné pendant que ZENAPA accouchait par césarienne.

Se trouve-t-elle toujours en cellule (ndlr : Il est 19h22) ?

Non, le Chef l’a libérée à 18h contre une caution non remboursable de dix mille francs que j’ai payés.

Et la suite de l’affaire ?

J’en saurai peut-être demain ou plus tard. Mais en attendant, j’ai tenu à vous saisir avant que les choses ne prennent une autre allure.

Quelle est votre position relative au remboursement exigé par votre « prédécesseur » ?

Je suis prêt dans le dialogue et la paix à m’entendre avec lui autour du cas de la dot. Quant au reste, cela n’a pas de sens. En plus, je me demande si c’est vers moi qu’il fallait se diriger pour réclamer la dot ou bien vers les parents de la dame…

     Propos recueillis le  27 Novembre 2016

ENTRETIEN AVEC Mme  ZENAPA

image-zenapa

Avez-vous subi de tortures durant votre garde-à-vue ?

Physiquement non. Mais le Chef m’a sérieusement injuriée.

En quoi disant ?

Imbécile, courte femme, bordelle pour rien…En plus, il a exercé des pressions sur moi en insistant que je rejoigne Dieudonné, mon ex-époux..

Qu’est-ce qui cause votre rupture avec Dieudonné ?

Tortures, bastonnades, violences diverses et plusieurs tentatives d’assassinat.

S’agissant de votre dot, combien de francs avait-il versé ?

Juste cinq mille francs et c’est tout.

Comment se présente la cellule dans laquelle vous avez séjourné toute la journée d’hier ?

Un hangar à l’intérieur de la Chefferie entouré de champs. Pas de chaise. J’ai passé la journée assise à même le sol et surveillée par un chien gris.

Avez-vous reçu le repas ?

Non. D’ailleurs je n’ai pas pu me mettre à l’aise faute de toilettes.

Qu’est-ce que Dieudonné vous a dit hier ?

Il m’a dit que je dois rembourser tout ce que j’ai reçu de lui et même ma dot.

Quand il dit de rembourser tout ce que vous avez reçu de lui, il pense à quoi ?

  • J’ai été opérée trois fois, pour les trois enfants que j’ai eus avec lui et dont le dernier est mort. Il a dépensé pour cela et je dois rembourser;
  • Il m’a dotée à 5.000F, mais je dois rembourser 300.000F ;
  • J’ai passé dix années avec lui, il me demande de lui rembourser 500F par jour et pour les dix ans. Cela représente la ration alimentaire. Puisqu’il m’a nourrie je devrais rembourser cela ;
  • Il demande aussi de lui rembourser pour chaque mois pendant les dix ans, les frais de loyer pour avoir habité sous son toit…

Propos recueillis le 28 novembre 2016

Traduits par Mahamat

ANALYSE

        Ce qui précède est révélateur de l’atmosphère tendue qui règne entre la plupart de ces monarques et leurs administrés. C’est récurrent dans la région d’apprendre que des citoyens sont victimes de toutes sortes d’abus de la part des autorités traditionnelles. Mais au finish, ces hommes restent impunis.

  • Il y a bientôt quatre ans que M. NADJE Logone, retraité et très dynamique acteur de Développement du Canton PODOKO-Nord, s’est fait ligoter, puis bastonner par le jeune Chef de Canton. Cette histoire qui ameute les autorités locales, est restée sans réelle issue. Le tortionnaire est imperturbable et bénéficie de l’appui inconditionnel de certaines élites locales, reconnues comme étant des « géants » de la république.
  • En séquestrant Mme ZENAPA hier dans ses cellules, le Chef OUMATE affiche là ses vieux réflexes hérités de son feu père, policier retraité qui en son temps, gardait à vue ses sujets dans les mêmes cellules. Si ce rappel n’est pas un prétexte pour justifier ces errances, il y a lieu de souligner qu’il en fait trop : Des personnes âgées plusieurs fois, se sont vues cravatées et bousculées en public par ce monarque qui se croit tout permis. D’ailleurs, n’a-t-il pas imposé aux bergers qui traversent son Canton, des taxes illégales sur troupeaux ? Le Préfet et Sous-Préfet à Mora ne se sont-ils pas vus plusieurs fois obligés de le rappeler à l’ordre ne serait-ce que par téléphone ?
  • D’autres dans la même localité, se plaisent qui à arracher des terres, qui à vendre des terrains titrés sans en être le moins inquiétés. Et à la simple revendication, certaines victimes ont payé autrement cher leur courage de dénoncer.
  • Il est temps que le mode de désignation de ces chefs soit revu, du moins au niveau des localités où l’élection (différente de la succession testamentaire) reste encore en règle. Car, à l’allure où vont les choses, les populations progressivement se désolidarisent de ces leaders qui ne pourront plus valablement servir de relais de l’administration… En plus, sur quoi reposent même les conditions à remplir pour se porter candidat à l’élection au poste de Chef traditionnel, lorsqu’on se rend compte qu’à la base, la plupart de ces démiurges ont des réflexes d’escrocs, de bandits, de criminels ?

 Fait  à Yaoundé  le  28 Novembre 2016

ISSA MOHAMADOU

Version Imprimable en  PDF:  denonciation-chef-de-kourgui-en-ligne

Publicités