image-sultanat-de-pouss image-sultanat-de-pouss-2

La chefferie de ZIAM-MUSGUM avant 2007, occupe dans l’ordre de classement, le rang de 3è degré. C’est justement au lendemain du décès de SM BOUKAR ASSAKAL, sixième monarque dans la lignée, que ladite chefferie est propulsée  au 2è degré et devient de fait un LAWANAT. Toutes choses qui ouvrent les portes à l’élection du nouveau chef, successeur en d’autres termes de SM BOUKAR ASSAKAL. Deux candidats sont en lice :

  • Saini AMAYEMKAYE (plus jeune)
  • AKOUM Marc ASSAKAL (48 ans au moment de l’enquête. Voir Photo ci-jointe)

Il ressort de notre enquête que  Saini  AMAYEMKAYE, actuel monarque avait  été désigné et non élu à ce poste.

QUI MANIPULE ET A QUI PROFITE LA MANIPULATION?

Situation gênante pour son adversaire qui estime qu’en marge de ladite désignation, bien d’autres aspects de la procédure avaient été  gravement violés par les autorités administratives. Toutefois, avant d’aborder le vif du sujet, nous nous faisons le plaisir d’explorer le tableau récapitulatif des différents monarques qui se sont succédé à la tête de cette chefferie, par ordre  chronologique décroissant et l’index pointé sur les liens de parenté qu’ils eurent avec les deux protagonistes ci-dessus :

Monarque Parenté

avec  SAINI

Parenté

avec AKOUM

1 Zilbi  Tawaye néant Arrière grand-père
2 Evele  Amaikaye néant Grand-père
3 Fakrang néant Oncle paternel
4 Ahadikaye néant cousin
5 Sali Assakal néant Grand Frère
6 Boukar  Assakal néant Frère et cadet du 5è monarque

OBSERVATION

Il  ressort du tableau ci-dessus, deux faits majeurs qui méritent d’être évoqués :

  • Saini AMAYEMKAYE, paraît de toute évidence sans filiation avec les précédents monarques. Or, comment expliquer que sous le prisme de l’onomastique, symbole de toute filiation, celui-ci soit l’homonyme du deuxième monarque ?
  • Et si  Saini  AMAYEMKAYE ne serait qu’un frère éponyme du deuxième monarque, sur quelle base, l’autorité administrative avait-elle déclaré recevable son dossier de candidature et par quels mécanismes avait-il été désigné ?

ANALYSE

  • De toute  évidence, il nous est parvenu que Saini  AMAYEMKAYE né à Pidtokoï (chefferie qu’il dirige) des œuvres de M. AMAYEMKAYE, né à  Alvakaye, Lawanat de Lahaye, Canton de Lahaye, Arrondissement de Zina, Département du Logone et Chari…  Toutefois, les récits historiques renseignent que, M. AMAYEMKAYE ne  fut qu’un immigrant à PIDTOKOÏ, où il fut désigné  par S.M  FAKRANG, oncle paternel d’AKOUM au poste de  Collectionneur d’Impôts de ses frères (immigrants venus d’Alvakaye). En d’autres termes, M. Seini AMAYEKAYE à la lecture de ce qui précède, n’est qu’un homonyme du 2è Monarque de la Chefferie qu’il a héritée, sans en être pour autant un descendant biologique.
  • De là, sa désignation comme Autorité traditionnelle de cette chefferie, pose  trois (3) problèmes :

    (1) Le Décret n° 77/245 du 15 juillet 1977, portant organisation des Chefferies traditionnelles stipule en son 8 du Chap. 2 que «  les chefs traditionnels sont, en principe choisis au sein des familles appelées à exercer coutumièrement le commandement traditionnel (…) ». Alors, comment peut-on admettre qu’en violation  des dispositions des textes, M. Saini  AMAYEMKAYE ait été désigné et intronisé ?

  • (2) En  considérant ce que certains  « tricheurs » se précipitent à qualifier quelquefois de « subtilités des textes » pour faire avaler le fruit de leurs manipulations, serons-nous appelés à penser qu’en marge du droit du sang  ou mieux du fait qu’un chef traditionnel devrait être issu des « familles appelées à exercer coutumièrement le commandement traditionnel (…) », le choix du monarque puisse dépendre aussi du droit du sol ou droit du lieu de naissance, comme cela semble être le cas de M. Saini  AMAYEMKAYE?
  • (3) Dans la suite de nos interrogations, n’est-il pas aussi utile de s’interroger sur les mécanismes (en déphasage avec les textes) qui ont culminé avec la désignation et non pas l’élection de M. Saini AMAYEMKAYE qui dirige une chefferie dans le département du Mayo-Danay, alors qu’il est originaire du département du Logone et Chari ?

MALAISE

  • Il est impérieux de souligner que la désignation de M. Saini AMAYEMKAYE comme Chef de 2è degré survient sous le règne de feu  Sa Majesté Saïd OUMAR, Sultan de POUSS. Entre autres conditions à remplir pour rempiler au poste de Chef, nous retenons, sous le regard attentif de deux témoins que  AKOUM Marc ASSAKAL avait versé au Sultan Saïd MOUSTAPHA , la somme de six cent vingt milles francs (620.000F).

Témoins :

  • EVELE Math – né vers 1957 à ZIAM – CNI n° 100818928 du 13 juin 2003 – Tél. 698.743.056
  • ADRINKAYE Martin – né vers 1961 – Récépissé  CNI  N° 1184710021 du 19 Octobre 2015.

Malgré cette démarche, il sera écarté  au profit du plus offrant. Le remboursement intégral de la somme versée en l’absence du vote disait long.

  • Compte tenu du fait que la désignation en 2007 de Saini AMAYEMKAYE pose un réel problème de cohésion, si l’on s’en tient aux déclarations des fils de cette chefferie qui se disent dirigés par un « étranger », la nécessité de relancer à nouveau une élection à la tête de cette chefferie se serait posée. L’Actuel Sultan de Pouss, Sa Majesté SAÏD  MOUSTAPHA[1] aurait donné son accord à cette initiative. Pour  illustration, il aurait perçu l’an dernier, des mains de  AKOUM Marc ASSAKAL, une  partie de la caution qui s’inscrit dans le cadre de sa candidature au poste du LAWANAT de ZIAM-MUSGUM. Cette somme s’élèverait à six cent vingt milles francs (620.000F), en attendant la livraison de sept bœufs qui viendront compléter ladite caution.
  • Des témoins nous ont appris qu’en Avril 2015, aux environs de 10H, le Sous-préfet de Maga arbitrant un litige entre pêcheurs du lac PITIRI à PIDTOKOÏ, avait publiquement et ouvertement vilipendé la manière de travailler de M. Saini AMAYEMKAYE, rassurant de fait les riverains de ce que, ce dernier est réellement en déphasage avec la grande majorité de ses administrés….

PRÉSOMPTIONS DE MANIPULATIONS ET RISQUES DE COLLUSION ENTRE LES POPULATIONS FIDÈLES ET HOSTILES DE SAINI

  • Comment pourrait-on admettre au vue de ce qui précède, que M. Saini AMAYEMKAYE soit encore maintenu au poste ?
  • Si la « procédure de l’impeachment » pour le cas de figure, n’est pas possible coutumièrement, S.M  SAÏD  MOUSTAPHA se serait-il permis de percevoir  la caution du  Candidat  AKOUM Marc ASSAKAL, il y a quelques mois ?
  • A qui d’autres que Saini  AMAYEMKAYE, profite le blocage ? Et qui sera responsable des débordements qui se profilent à l’horizon, avec leurs ribambelles de conséquences sur la paix sociale dans un environnement déjà cloué par l’insécurité imposée par Boko Haram ? Faut-il attendre que tout dégénère  avant qu’on ne se soucie des litiges fonciers qui y règnent à outrance et opposent régulièrement  des clans ? qui arrêtera la fougue annexionniste de Saini  AMAYEMKAYE?

                                                                                     Fait à Maroua, le 28 Février 2016

Emmanuel  MOMO

 

 

[1] Censeur du  Lycée de  POUSS, mort il y a quelques mois ( cette année)

Publicités