L’ODH-HRM[1] a conduit à Yaoundé et plus précisément dans les marchés de Biyem-Assi, Central, Ekounou, Mvog-Mbi, une enquête auprès de 1221 femmes toutes catégories socio-professionnelles  confondues. Le questionnaire axé sur la nature des rapports de couple, permet d’évaluer ce qui suit :

1057 ont entre  19 et 45 ans

  • 58sont mariées (5,40%) ;
  • 314 sont divorcées (29,71%) ;
  • 143 sont veuves (13,53%) ;
  • 542 ne sont jamais mariées (51,28%).

POURQUOI  999 DE CES FEMMES (divorcées, veuves et célibataires) SOIT  94,52 % DES 1057 PEINENT-ELLES A RETROUVER UN ÉPOUX ?

  • 303se disent déçues par le mariage;
  • 266justifient leur célibat par le manque de partenaire ;
  • 131 disent de leur célibat être la résultante de mauvais conseils ;
  • 299 ne se prononcent pas et se disent à l’aise dans leur condition.

OBSERVATION

  • 30,34 % de femmes sont déçues par le mariage ;
  • 26,63 % disent ne pas être préférées par les hommes ;
  • 13,12 % s’estiment victimes de mauvais conseils ;
  • 29,91 % ne s’intéressent pas au mariage.

APPROCHE DE SUGGESTIONS

  • Femmes déçues par le mariage
  • Crises d’affinités entre les deux partenaires que nous pouvons harmoniser ou empêcher avant le mariage.
  • Femmes « craintes » ou pas aimées par les hommes
  • Déficit psycho-caractériel qui est susceptible d’être réparé par nos soins.
  • Femmes mal conseillées
  • Déficit de confiance pouvant être corrigé ;
  • Faiblesse caractérielle pouvant être traitée.
  • Femmes désintéressées au mariage
  • C’est un choix que nous respectons. Mais ce choix peut aussi cacher une crise psycho-généalogique, une crainte d’exposer une faiblesse ou un handicap source de honte. Dans ce chapitre, nous conseillons les concernées de s’ouvrir au dialogue et des solutions restent possible pour chaque cas.
  • Merci de réagir à adhhrm@gmail.com

Kaizer  Xamely

[1]Observatoire Droits de l’Homme /  Human  Rights  Monitoring

Publicités